Nous suivre

Extrait du cours du 11.12.23

Ayons de la patience !

Le Ari Zal avait pour habitude de ne jamais marchander avec les commerçants. La raison est très simple : ce dernier voulait tellement acquérir les marchandises proposées qu’il était impensable pour lui de marchander, quitte à payer le prix fort.
Dans la vie spirituelle, il y a des bienfaits qui coûtent chers. Plus les bienfaits sont grands, plus il faut en payer le prix fort. Plus les bienfaits sont importants, plus il faudra traverser des passages d’obscurité.
Lorsque l’homme désire obtenir un bienfait, le Tsadik vérifie s’il est capable de vivre l’obscurité qui correspond à ce bienfait désiré.
Si le tsadik estime que l’homme n’est pas encore prêt, que fait-il ? Il le repousse… Pourquoi ? Pour que sa volonté soit si forte que l’homme soit prêt à affronter l’obscurité pour avoir la lumière…
Vouloir c’est bien. Il faut être prêt à payer le prix des chutes. Ayons de la patience !

breslev.fr 2022 - Tout droit réservé - Created by Liglosh

× Whatsapp Breslev.fr