De l'obscurité totale à la Torah du Mashia'h

« Et Je voilerai doublement Ma face en ce jour »

Maître du monde, Tu sais combien la période que nous vivons est difficile à comprendre. Il n’y a pas si longtemps, l’humanité vivait un grand traumatisme avec la deuxième guerre mondiale et plus particulièrement notre peuple qui en a souffert plus que tous, puisque six millions de juifs ont été assassinés, justement parce qu’ils étaient juifs. Nous croyions que la porte était ouverte pour l’avènement du Macchiah comme une consolation après ce grand malheur. Hélas, les forces du mal se sont emparées de tous les sentiments mélangés de l’après-guerre pour faire tomber cette génération dans les plaisirs matériels et la consommation à outrance. Elles profitèrent de cette douloureuse expérience pour faire croire à l’homme que puisqu’il est né pour mourir, et bien, qu’il profite de toutes les passions ici-bas.

Notre D.ieu miséricordieux, ceci s’appelle-t-il « Atsara chébetokh Astara » le voile redoublé ?

Du temps de Mordehaï et Esther, la situation était difficile certes, et nous avons évité une grande souffrance grâce à l’intervention de nos Tsadikim, des jeûnes et des Tefilot des enfants. Tout ceci pour dévoiler une Thora nouvelle qui se concrétisa par la Meguila Esther, le Guilouï de la Astara, ou Dévoilement de ce qui était Caché. Car la Meguilat Esther est un puits de connaissances et de conseils nouveaux pour se renforcer depuis lors jusqu’à nos temps modernes.

Dans Ta grande bonté, Tu leur as dévoilé une lueur de la cinquantième Porte de la Bina pour les aider à sortir de leur enfermement mental. C’est lorsqu’ils arrivèrent à l’incompréhension totale de la situation, qu’ils furent aptes à concevoir cette lumière. Et c’est pour cela qu’on se saoule à Pourim tous les ans, jusqu’à ne plus voir la différence entre Baroukh Mordehaï et Arour Aman, pour oublier totalement notre compréhension et entrer dans l’annulation de l’ego afin de capter la lumière de la Cinquantième Porte qui brille ce jour-là et qui nous aidera tout au long de l’année à immerger de notre exil.

Aujourd’hui aussi, à plus forte raison, se cache une Thora merveilleuse dans cet exil sans fin, puisque Tu nous as gratifié dans cette génération du plus grand de tous les Tsadikim de tous les temps et de la plus grande Astara de tous les temps aussi.

Aujourd’hui, nous sommes comme saouls à cause de toutes les souffrances qu’ont enduré nos Guilgoulim, nos âmes meurtries, rescapées et réincarnées une fois de plus pour vivre les contractions d’une naissance en devenir. Peut-être sommes-nous prêts cette fois au dévoilement de la Thora de Macchiah ? Aurons-nous le mérite enfin de voir au jour, cette lumière infinie? Quand aurons-nous le mérite de voir se transformer notre coeur de pierre en coeur de chair?

Quand est-ce que les forces du mal libéreront-elles les forces de Kedoucha qu’elles tiennent emprisonnées dans les chaînes de la tristesse et du désespoir ?

Le monde est rempli de connaissances et d’étude certes, mais où est le cœur? Où est l’amour d’Hachem ?

Donne-nous le mérite Éternel mon D.ieu de relier notre sagesse avec notre coeur, que toutes les notions qui sont emprisonnées dans les barrières de notre esprit puissent trouver le chemin de notre coeur afin que le Tsadik puisse habiller la Thora du monde de Atsilout dans des Contes qui dépasseront l’entendement humain ainsi que les notions de temps et de logique afin que ces notions infinies puissent entrer dans nos cœurs et nous réparer totalement.

Rabbanite Esther Ifrah