Au début de notre Paracha, Sarah Iménou quitte ce monde à l’âge de 127 ans. Avraham Avinou va à Hébron pour acheter une parcelle de terrain afin de l’enterrer. Il choisit le terrain où Adam et Hava sont enterrés (Tombeau des Patriarches). Ce dernier appartenait à Efron qui affirma d’abord vouloir donner gracieusement ce terrain à Avraham mais qui accepta par la suite de sa part une somme conséquente d’argent. Efron le venda car il ne voyait pas la grande sainteté de l’endroit à l’instar d’Aravna Hayevoussi qui vendit au Roi David l’endroit où fut et sera construit le Bet Hamikdach. Du Tombeau des Patriarches montent toutes les âmes qui quittent ce monde pour rejoindre le Gan Eden. L’endroit du Beth Hamikdash sur lequel se trouve aujourd’hui le Kotel est l’endroit où montent toutes les prières vers Hachem, c’est à dire la porte du ciel. 

Rabbi Nathan nous apprend que tous les endroits qui ont une grande sainteté ont d’abord été dans les mains du côté négatif. On voit que Rivka avant de suivre Eliezer afin de rencontrer Its’hak se trouvait entre les mains de Bethouel et Lavan qui sont des mécréants, comme pour nous dire que de grands trésors sont prisonniers des écorces du mal, des endroits saints sont cachés et que seuls les Tsadikim comme Avraham et David peuvent les libérer et les dévoiler. 

A la deuxième montée au chapitre 24 Avraham enjoint Eliezer d’aller chercher une femme pour son fils Its’hak et lui déclare: « Et si la femme ne veut pas te suivre …».  Dans cette expression se cachent toutes les raisons des difficultés d’un homme à trouver sa moitié et lorsqu’il la trouvée à ce qu’elle le suive dans son chemin, soit qu’elle ne s’oppose pas à lui. Rabbi Nahman nous dévoile ce grand secret révélé par Avraham à Eliezer. Toutes les difficultés du couple proviennent d’un manque de réparation de l’alliance. La principale raison à ce qu’une femme s’oppose à son mari provient du fait que ce dernier ne cherche pas un lien solide et véritable avec Hachem.  

A la cinquième montée, au verset 62 avant que Rivka accompagnée d’Eliezer vienne à la rencontre d’Its’hak, ce dernier sortit faire Hitdbodedout dans les champs « Its’hak sortit pour parler dans le champ ». Lorsqu’un homme voit que la rigueur monte, elle qui représente la source du Yetser Hara, il se doit de l’atténuer en parlant avec D.ieu afin de faire descendre la bonté d’Hachem. En effet, tous les mondes dépendaient de la rencontre entre Its’hak et Rivka car les Bné Israël devaient sortir d’eux, c’est pourquoi il y eut beaucoup de rigueur, qu’il fut très difficile à Its’hak de trouver son « zivoug » et qu’il fallut des miracles pour sortir Rivka de la maison de Béthouel et de Lavan.

Its’hak Avinou représente le principe de la rigueur, c’est pourquoi la Thora a mentionné l’Hitbodedout à son sujet car elle est l’outil le plus efficace afin d’atténuer la rigueur, à tel point que Rabbi Nahman un jour déclara à ses élèves : « Pourquoi laissez vous Hachem faire des décrets dans le monde, faites Hitbodedout ! »

Juste après sa conversation avec D.ieu, Its’hak Avinou leva les yeux et vit au loin des chameaux arriver avec Rivka. On voit que la délivrance personnelle et générale dépend du dialogue avec D.ieu et de son intensité. Avec des simples mots nous pouvons réparer beaucoup de maux.

Que nous puissions chaque jour faire Hitbodedout, comme l’a demandé Rabbi Nahman, afin de garder un dialogue constant avec Hachem, condition sine-qua-non pour réparer l’alliance et ainsi atténuer toutes les rigueurs qui nous empêchent de voir la providence divine dans notre vie.