Venir à Ouman pour ressentir la sainteté de la Terre d’Israel (13/01/20)

Description du cours:

Alors qu’ils venaient de s’affranchir d’un douloureux esclavage, d’assister à des miracles aussi spectaculaires qu’uniques dans l’histoire de l’humanité et de se nourrir de la manne, nourriture céleste par excellence, les Bnei Israël se mirent à éprouver de la mélancolie…pour leurs bons repas d’Égypte ! Étonnant, n’est-ce pas ? D’autant plus que les sages nous enseignent que la vision d’une simple servante dépassait celle du prophète Yehezkel !

L’intellect des Bnei Israël était certes, libre et affranchi, mais le cœur, lui, ne l’était pas. Il était resté en Égypte.
Une période de latence était nécessaire afin de se délester des éléments négatifs liés à l’esclavage d’Égypte et purifier le cœur. C’est précisément pour cette raison que les Bnei Israël séjournèrent dans le désert. En effet, tant que le cœur n’est pas purifié, l’esprit voit trouble…

Notre génération est en proie à une descente spirituelle. De ce fait, nous sommes dans un état similaire à nos ancêtres lorsqu’ils sortirent d’Égypte… Si ce n’est pire ! Ainsi, puisque notre intellect ne peut distinguer entre le bien et le mal, nous nous reposons sur la prière, la Hitbodedout, sur le Tsadik et sur Hachem. C’est particulièrement le cas lorsque nous devons prendre des décisions capitales pour notre avenir : choix du conjoint, choix des écoles, choix du lieu d’habitation…

À défaut d’être clairvoyants, nous signons une procuration !