Tout vient d’en haut! (22/12/19)

Description du cours:

Alors que Yossef était en prison, celui-ci interpréta les rêves de deux autres prisonniers. L’interprétation du rêve de l’un d’eux fut de bonne augure : celui-ci allait être libéré dans un bref délai. Et c’est effectivement ce qui se produisit… Toutefois, avant sa libération, Yossef lui fit promettre de ne pas oublier le service rendu afin d’avoir des chances d’être libéré. La suite, nous la connaissons : cette promesse fut oubliée. La Torah fait mention du terme ‘oubli’ à deux reprises. La première, afin de faire référence à l’oubli du prisonnier. La seconde, afin de faire référence à l’oubli de Yossef lui-même. De quel oubli s’agit-il ? Il s’agit de l’oubli de la présence divine. Yossef misa davantage sur l’aide de cet homme de chair et de sang que sur l’aide divine. Il se contenta de solutions horizontales et fit omission de la dimension verticale, celle de la relation à Hachem.
Lorsqu’une difficulté frappe à notre porte, nous avons l’habitude de courir chez le premier spécialiste pour envisager une solution. La Torah est claire : avant tout, il s’agit de solliciter Hachem afin qu’il nous vienne en aide. Puis, nous pouvons faire notre hichtadlout, c’est-à-dire mettre en œuvre des moyens matériels afin de solutionner le problème.
Par exemple, si une personne est convoquée devant le juge, celle-ci doit prier puis prendre conseil auprès d’un bon avocat.

Le premier rendez-vous à prendre, c’est le rendez-vous avec Hachem ! ” Allo, Hachem ? Tu as demandé à me voir ? Je suis là ! ”