Suivre les conseils du Tsadik de la génération (04/01/18)

Description du cours:

Un juif se rend chez un rav afin qu’il statue sur la Cacherout d’un poulet. Le juif tend le poulet au rav. Le rav regarde le juif. Puis le poulet. Puis le juif. Et lui demande :” Es-tu pauvre ou aisé financièrement ?”.
En effet, s’il est pauvre, le rav prendra le chemin le plus permissif de la loi dans la mesure du possible.
La casherout de notre cocorico dépend donc de notre coco.
Un bon rav, c’est un rav qui prend une décision en fonction de l’ensemble des circonstances, et qui connaît si bien la Ala’ha qu’il sait précisément sur quel point il lui est possible d’être plus permissif que d’autres.
De nos jours, on ouvre des Yeshivot, on organise des soirées de gala, on diffuse des paroles de Ala’ha et on clame haut et fort : “Voilà, la vérité est là”. Mais sais-tu s’il s’agit d’une vérité ? ”Évidemment, c’est écrit dans la Torah… ”
Mais d’où tu sais que ce qui est écrit dans notre sainte Torah s’applique à moi précisément maintenant ? Me connais-tu ? Sais-tu ce que je vis en ce moment ?
La Torah possède ce paradoxe merveilleux d’être une vérité totalement infinie, transcendante, éternelle, universelle, tout en se préservant d’être écrasante ou totalitariste.