S’inclure dans le cercle de la vie (4-11-18)

Description du cours:

Rabbi Nahman enseigne que n’importe quel individu possède un ”point de tsadik”. Cela signifie que chaque individu détient une supériorité sur un point donné, par rapport au reste de l’humanité. Cela peut s’agir d’un savoir-faire, d’une connaissance spécifique, peu importe le domaine.
Si l’on parvient à faire communiquer les individus sur ces points en question, l’humanité s’enrichit nécessairement.

Or, de nos jours, peu sont conscients de cela. Peu sont conscients de la richesse intérieure des individus. Voire de la leur ! Notre génération est ancrée dans une standardisation de l’individu.

Conséquence inévitable : cela affecte considérablement la cellule familiale, qui en est la première et principale victime.

Deux conjoints qui n’ont pas conscience de l’immensité de leur capacité et de leur valeur respectives sont dans l’erreur, mais aussi font malheureusement abstraction d’une notion essentielle, capitale sur laquelle le couple est basé.
Pourtant, rien n’est plus fondamental que la conscience de ses capacités et la valorisation de celles-ci par le conjoint. Pensez-vous que les footballeurs marqueraient des buts si les supporters ne les acclamaient pas ? À quoi bon loger des dizaines de milliers de personnes qui hurlent si ce n’est pour encourager les joueurs, afin qu’ils gagnent ?

De nos jours, 90% des problèmes de couples pourraient se résoudre par une petite formation préalable sur le mariage. Une formation dans laquelle seraient inculquées les bases de la vie de couple évoquées ci-dessus. Car de nos jours, nombreux sont les candidats au mariage, mais hélas également au divorce. Par simple ignorance. Par simple ignorance de ce qu’est le mariage et de ce qu’il doit engendrer.

Rabbi Nahman l’a dit : encouragez votre conjoint sur un point positif, sur son ‘point de tsadik’ et vous verrez à quel point votre vie s’améliorera.

Un jeune garçon devait voyager en Inde, à la manière des jeunes israéliens qui ‘se cherchent’ après l’armée. Angoissée, sa mère lui fit promettre de s’entretenir quelques minutes avec le Rav Besançon avant son départ. Le jeune homme obéit, afin de ne pas contrarier sa mère. Après tout, quelques minutes passeraient bien vite. Ces quelques minutes changèrent la vie de ce jeune homme. Il ne partit pas en Inde. Il devint un Ben Torah. Aujourd’hui, il s’agit d’un homme d’une érudition extraordinaire.

Qu’a donc fait le Rav Besançon ? Le rav ne fit que réveiller et révéler le bien qui sommeillait chez cet être…

Sonnez le glas de la banalité et de la standardisation des êtres. Croyez en vous, et croyez dans les autres.

COURS AUDIO
La version audio n’est pas disponible pour le moment