S’émerveiller de nos point positifs (26/02/20)

Description du cours:

Rav, je ne parviens pas à éprouver de Simha, que faire ?

Pas de panique ! Il existe des solutions.

L’une des clefs de la Sim’ha réside dans le remerciement.
” Merci Hachem, pour tout ce que tu m’as donné. Je suis en vie, Barou’h Hachem ! Je tiens sur mes jambes, Barou’h Hachem ! J’ai le pouvoir de parler avec toi, merci mon D. ! J’ai pu aider quelqu’un à faire quelque chose et lui rendre service, merci mon D. !
Je n’ai pas froid, je n’ai pas faim, quel bonheur !
Aujourd’hui, nous sommes le premier du mois d’Adar, le mois propice aux miracles ! Je vais bénéficier de miracles, n’est-ce pas merveilleux ?! ”
Plus nous remercions sur les petites choses qui nous semblent naturelles et évidentes, plus la liste de remerciements s’allonge et notre langue se délie…

Autre conseil : l’écoute de la musique. Laissez la mélodie vous envoûter et se saisir de vos jambes !
Mes amis, la joie est une forme d’émulsion, plus nous remercions, plus nous faisons mousser la joie et lui donnons de l’ampleur !

Et si certains arguent que vous manquez de sérieux, rassurez-vous, il n’y a pas plus fous que les gens qui se prennent trop au sérieux ! Les gens les plus sérieux et les plus équilibrés sont ceux qui osent être joyeux. La joie libère l’esprit de l’esclavage. Or, un esprit libre est un esprit qui parvient à penser avec justesse et clairvoyance.

Mes chers amis, le Michkan a été construit en Adar. C’est là le signe par excellence que la Torah s’acquiert par la joie. Rabbi Na’hman le disait lui-même : la techouva sans la joie, cela ne fonctionne pas !

audios: https://soundcloud.com/breslev_fr