Se rappeler sans cesse du bien (19/01/20)

Description du cours:

Lorsque votre vie n’est qu’un enchaînement d’épreuves et que la sensation d’assister pantois à l’écroulement de votre existence vous paralyse, sachez que c’est le signe que la délivrance point à l’horizon.

Ce monde marche sur la tête : les inversions sont les annonciatrices des plus belles délivrances !

De même, plus vous partez en quête de sainteté et plus vous touchez du doigt ce but grandiose qu’est la proximité avec Hachem, plus votre vêtement extérieur sera boueux et nauséabond. C’est une sorte de  »couverture spirituelle » afin de ne pas être repéré par les forces du mal.

Ne vous laissez pas berner. N’oubliez pas votre splendeur. Gardez-la en mémoire lorsque vous en entrevoyez la silhouette à ‘Hatsot ou durant votre Hitbodedout.

Et l’histoire suivante en est une parfaite illustration…

Le Sdé’ ‘Hémed, un illustre sage du 19e siècle, brillait dans l’étude de la Torah depuis son plus jeune âge. Un jour, l’un des élèves de sa Yechiva fut épris d’une jalousie sans pareille à son égard et rémunéra une prostituée afin de livrer des témoignages fallacieux dans le but de ternir sa réputation. Cette dernière colporta ces fausses calomnies et, par voie de conséquence, le Sdé ‘Hémed fut exclu de la Yechiva, le visage terni par la honte… Quelques années plus tard, la prostituée fut prise de regrets et implora le pardon du Tsadik de façon sincère et authentique. Ce dernier le lui accorda à une condition : ne jamais révéler la vérité sur ces fausses accusations. Étonnée par le désir du Rav de ne pas rétablir la vérité afin d’être disculpé, celle-ci accepta néanmoins et repartit le cœur serein. Ce n’est que suite au décès du Rav qu’elle avoua avoir été rémunérée afin de dégrader son image.

La honte et la déchéance ne sont que les gardiennes des plus belles acquisitions spirituelles !

Extrait du cours du