Retrouver sa véritable maison (28/04/20)

Description du cours:

Arrivé au Olam Haba, cet homme demanda à ce que Rabbi Na’hman puisse intervenir afin de procéder au Tikoun de son âme. À la vue de cet homme, le Tsadik l’interrogea quant à un éventuel lien qu’il aurait entretenu avec lui durant son vivant. L’homme répondit : ” De mon vivant, j’exerçai la profession de boulanger. Chaque vendredi après-midi, à l’approche de l’entrée du Chabat, j’avais l’habitude d’offrir le pain que je n’avais pas vendu à des ‘Hassidim Breslev, en l’honneur de la Seouda de la sortie du Chabat. ” À ces dires, Rabbi Na’hman prit en main cette âme afin d’en réaliser le Tikoun.

Cette histoire met en relief la notion de התקשרות לצדיק (lien avec le Tsadik), l’une des notions phares de Breslev.

S’attacher au Tsadik, c’est avant tout l’apprécier, l’aimer. Par la suite, si l’on parvient à en appliquer les conseils, tant mieux !

Ainsi, ne croyez pas être détachés de Rabbenou du fait de votre difficulté à en appliquer les conseils.

J’aime le tsadik, je me lève chaque matin en disant que je m’y attache, que j’en appelle à sa providence… bref, je ne lâche rien ! Un jour ou l’autre, mes progrès paieront et je parviendrai à appliquer davantage de ses conseils. En attendant, mes efforts ne sont pas vains, bien au contraire !

L’histoire évoquée ci-dessus ne met-elle pas en évidence l’importance de la moindre action réalisée, de près ou de loin, en rapport avec le Tsadik ?!

Le lien avec le Tsadik, ce ne sont pas toujours des exploits extraordinaires, cela peut parfois se résumer à de petites choses !

Vous qui lisez ces lignes, vous qui écoutez les cours, vous voilà d’ores et déjà ”membre du club”, membre de cette merveilleuse ”Yechiva à trois coins”.

Et si certains parmi vous se sentent loin du Tsadik, sachez que plus on s’en approche, plus nous prenons conscience de notre petitesse et de notre distance !