Réfléchir avec la Torah du Tsadik (15.10.2017)

Description du cours:

Extrait du cours du Rav Ifrah 15.10.17

Rabbi Nathan enseigne qu’il détient une parole d’encouragement qui, si elle est dévoilée, est capable de nous retrancher totalement notre libre arbitre.
Qu’est ce que cela signifie ?

Tout notre libre arbitre est dans les paroles d encouragement.

Le libre arbitre est dans le fait de ne pas se laisser casser, de ne pas se laisser briser. Peu importe ce que disent les nations, peu importe si l’UNESCO décide que le Kotel était une mosquée, ou la capitale du Japon… Le mensonge finit toujours par mourir. Reste attaché à ta référence. Encourage toi. Toute la lutte sera à livrer sur ce point là. Tout le libre arbitre est dans ces mots qui nous encouragent, qui ne nous font jamais chuter. Fait attention de ne pas te laisser abattre, ni par les autres, ni par toi même. En chacun de nous sommeille un Essav, qui nous pointe du doigt le mal qui est en nous.

La dernière torah révélée par Rabeinou est celle de ne pas faire de remontrance. Pourquoi aborder ce sujet avant de partir de ce monde ? Pourquoi pas une autre Mitsva capitale ? Justement parce qu’on ne doit jamais se laisser abattre. Lorsque les juifs furent libérés des camps pendant la Shoah, ils ne s’avèrent plus ce qu’était la liberté. Ceux qui ont tenu sont ceux qui ont tenté de ne pas tenir compte de ces horreurs. Évidemment cela les a marqué ! Mais ils ont tout fait pour avancer, s’encourager, se renforcer. Prenons l’exemple du Admour de Santz. Il perdit toute sa famille et aujourd’hui une Hassidout entière est derrière son ombre.
Chaque matin nous nous réveillons avec une nouvelle Emouna car nous avons dormi, nous nous sommes permis un moment d’oubli, un moment où nous devons se mettre en veille pour se renouveler.

N’aie pas peur des moments de crise. Pendant ces moments là, attends, patiente, reste tranquille, et tu verras qu’après tu sortiras encore meilleur/e qu’avant la crise. Si tu attends tu auras la chance de te dire : “Heureusement que j’ai attendu, merci mon D. “. Résiste à la pression, résiste au temps qui s’accélère. Parfois le couple crise, on divorce, et si on avait attendu un peu, tout se serait arrangé. On passe à côté de la délivrance. Attends. Attends car sinon tu es susceptible de le regretter. Lorsque tu hésites, attends. C’est la raison pour laquelle Essav te pousse à aller vite. Quand tu vas doucement, tu prends conscience de ce que tu fais. C’est comme ce jeu où on doit deviner sous quel verre est la bille. La rapidité fait que tout nous échappe.

Ne fais pas de remontrances, et n’aie pas peur d’aller doucement.