Pourquoi les gens s’unissent-ils dans la crise? (27/12/18)

Description du cours:

Les moments difficiles sont fédérateurs : on s’entraide, on se sert à boire et à manger, parfois même on descend dans les rues.
Pourquoi cette entraide prend-elle naissance dans les moments difficiles ? Pourquoi la solidarité émerge  » quand cela ne va pas ?  »
Il y a une explication à cela. Quand  » tout va bien  », l’homme fonctionne autour du système binaire, celui d’Essav.

Qu’il le veuille ou qu’il ne le veuille pas, l’homme se définit par rapport à l’autre. À partir de ce postulat, les échanges se réalisent sur fond d’intérêt commun. À défaut d’intérêt commun, la dynamique d’échange disparaît.
Ce sont les affres du système binaire, articulé autour d’une dynamique d’intérêts.

Lorsqu’Hachem est face à ce triste constat, celui-ci est contraint de créer des situations d’obscurité, afin de susciter la réaction de solidarité. Il est enseigné que Yaakov posa sa tête sur un ensemble de pierres afin de dormir. Miraculeusement, celles-ci se rassemblèrent en une seule pierre…
Le message est clair : la nuit procède à l’union des éléments. L’obscurité est vectrice de liens.

Yaakov Avinou n’a pourtant jamais dormi dans sa vie, il était si connecté qu’il n’en avait pas le besoin. C’est en dormant qu’il entra en contact avec le monde de l’obscurité, le monde binaire. Qu’y vit-il ? Les anges monter et descendre, synonymes des 4 exils du peuple juif. Plus précisément, celui-ci vit les deux temples se détruire, sous les affres de la haine gratuite. C’est ainsi que Yaakov comprit que l’union du peuple juif était sa force. Mais pour cela, il fallait les faire descendre dans la rue, les faire passer par l’obscurité, car à défaut, chacun restait chez soi…

Fermer le menu

Pourim

Pour accomplir les mitsvotes obligatoires de Pourim, Matanot Laévyonim et Zekher Léma’hatsit Hashekel