Personne ne choisi son zivoug (13/01/2019)

Description du cours:

 »On choisit pas non plus les trottoirs de Manille, de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher… »

Nous ne choisissons pas de naître en France, en Israël, en Amérique du Sud. Nous ne choisissons pas non plus de naître au sein de telle ou telle famille.
De la même façon que nous ne disposons d’aucun pouvoir de décision quant aux éléments relatifs aux circonstances de notre naissance, nous n’avons aucune liberté de choix quant aux circonstances de notre départ de ce monde.
Notre venue dans ce monde est semblable à notre départ de celui-ci : soumis aux décisions d’Hachem nous sommes venus, soumis nous repartons.
Rabbi Nahman enseigne que quand bien même nous éprouvons des difficultés à vivre cet enseignement dans notre chair et à l’appliquer dans notre vie quotidienne, nous avons d’ores et déjà franchi un pas immense vers une conscience d’Hachem davantage affinée à partir du moment où nous avons la Emouna que cet enseignement est vrai….et il l’est particulièrement à l’égard du choix du conjoint. N’est-il pas dit ‘Hachem est mazaveg zivougim ?’
Le choix du Zivoug est un domaine où la marge de manœuvre de l’homme est particulièrement réduite. C’est paradoxalement le domaine dans lequel nous avons une sensation accrue d’être responsable de notre choix. C’est la raison pour laquelle la Torah nous précise que seul Hachem nous attribue notre conjoint.
Alors, que faisons-nous dans ce monde ?
Nous incluons notre illusion d’être responsables et indépendants dans Hachem. Nous faisons et nous clamons haut et fort être des pantins d’Hachem.
En d’autres termes, notre libre arbitre consiste à choisir de réattribuer les éléments de notre existence – nos réussites, nos échecs – à Hachem.

Pour la refoua chelema de Esther bat Rivka, du petit Rephael Gaon mahluf ben mazala et de Haya Simha bat Danielle.

Fermer le menu