Pleurer sur les vivants (08-12-19)

Description du cours:

La Torah nous enseigne qu’il est interdit de se lacérer en signe de deuil. À ce titre, elle utilise les termes suivants : לא תתגודדו.

Rabbi Na’hman relève le fait que ces termes signifient également ” vous ne formerez pas de groupes séparés ”.

Le judaïsme est constitué de plusieurs courants et approches. ‘Habad, Dati Leumi, ‘Haredi, Litayi…
À ce propos, nos sages nous enseignent :
אלו ואלו דברי אלוקים חיים

Chacun révèle une partie de la parole divine !

En effet, puisque Hachem se manifeste dans ce bas monde sous plusieurs angles, la vérité absolue est faite de toutes les vérités relatives, c’est-à-dire de toutes les vérités prônées par ces différents courants.
De ce fait, bien que chacun ait la conviction de détenir la vérité absolue, chacun doit prendre conscience qu’il s’agit d’une vérité individuelle et relative.

Chacun doit alimenter une conviction ultime : celle de préserver la paix et l’unité du peuple juif.

Revenons à l’interdit de lacération. Rabbi Na’hman fait ce parallèle entre la lacération et les différentes visions du judaïsme pour nous enseigner que les divergences d’opinions, lorsqu’elles sont vues comme source de différends et non comme source d’enrichissement, sont aussi associées à la notion de deuil, c’est-à-dire à la notion de mort.

Là où les divergences nourrissent la haine, le deuil, l’inerte et le trépas ne sont pas loin…

C’est sans doute la raison pour laquelle le mot Émet contient le mot ” Met ” signifiant ” mort ”.

La vérité, lorsqu’elle n’est pas rattachée à une valeur suprême : celle de l’unité, peut mener à la mort.