Connexion et imagination! (01/04/19)

Description du cours:

Puisque tout le monde parle du poisson d’avril, parlons poissons, ou plutôt parlons fleuve.

Alors que nos ancêtres étaient esclaves en Égypte, Pharaon redoubla de cruauté et prit la décision de jetter les petits bébés garçons dans le Nil, lequel est dénommé Pichone dans le langage toranique.

L’enseignement de Rabbi Na’hman à ce sujet est particulièrement profond.

Le terme garçon se dit  » זכר  » et ses lettres sont identiques à celles du terme  » mémoire. »
Le terme Pichone est une sorte de contraction des termes פי שונה הלכות, signifiant » bouche de ceux qui enseignent la Hala’ha ».

Ce que Rabbi Nahman nous explique est que Pharaon, directement associé au concept d’Essav et donc à l’exil actuel, a tenté de noyer notre mémoire dans la bouche de ceux qui enseignent la loi juive. Pourquoi particulièrement dans la bouche de ceux-ci ? Parce que ce sont ces derniers qui sont le plus exposés aux dangers de l’imagination destructrice.

Explication : les sages de la Hala’ha raisonnent par comparaison.  » Si telle ou telle chose est permise, alors telle ou telle chose qui semble procéder du même fonctionnement l’est également. » C’est grâce aux raisonnements comparatifs que les sages ont pu, par exemple, trancher quant aux nouvelles technologies qui inondent notre génération, puisque la Torah ne fait aucune mention de l’électricité ni de toute autre technologie moderne.

En d’autres termes, Essav veut noyer notre souvenir du divin dans le raisonnement comparatif qui, nous le savons, est souvent symbole d’imagination destructrice.

Pourquoi raisonner par comparaison est dangereux ?

Explication : raisonner ainsi revient à ouvrir la porte des  » si untel n’y est jamais arrivé, je n’en suis pas capable  », des  » je n’y suis pas arrivé avant, comment y parviendrai-je maintenant  » etc.

Si nous ne devons pas raisonner par comparaison, nos sages de la Hala’ha raisonnent par comparaison car ils sont aptes à cela. La raison ? Ils sont toujours connectés à la source. Avant de prendre une décision hala’hique, un rav est connecté à Hachem, connecté à l’individu qui lui expose son problème. C’est ainsi qu’il ne tombe pas dans le piège de l’imaginaire.

Restons connectés afin de ne pas sombrer dans les écueils de l’imaginaire !

Quant à toi, vilain Pharaon, nous avons flairé ton arnaque !

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 1.4.19.
Pour la refoua chelema de tous les malades.

Fermer le menu
×
×

Panier