Nous somme là pour recycler ce monde (10/07/18)

Description du cours:

Imaginez que devant vous se dresse une corbeille de fruits. Péchés, abricots, pommes, poires se côtoient joliment sur la table. Quel fruit mangerez-vous en premier ? Nombreuses sont les alahot à ce sujet. Certains posskim ont statué que le fruit sur lequel on doit faire la bénédiction est tout simplement le fruit qu’on apprécie.

Pourquoi ?

Tout d’abord, car la bénédiction réside dans les choses dans lesquelles on met du plaisir, du cœur.

Ensuite, parce que le fait que ce fruit nous plaise est le signe qu’il est porteur d’un langage qui correspond à notre âme. Il est porteur d’un message spirituel qui est adapté à notre intériorité. En fait, chaque élément de la création est constitué de lettres. Lorsque nous utilisons les éléments de la création, nous assemblons des lettres. La combinaison de certains éléments est harmonieuse : cela signifie que leurs langages spirituels l’est aussi.
Manger un fruit qui nous plaît, c’est combiner des lettres de la création de façon harmonieuse, et cela mérite la priorité dans la récitation des Bra’hot.

C’est aussi la raison pour laquelle la Ala’ha est claire : manger un aliment qui nous écœure est défendu ! C’est pire que de manger un aliment non casher !

Pourquoi ? Parce que cet aliment n’a pas de message à nous porter. Sa configuration spirituelle ne nous est pas adaptée. Et par conséquent, le consommer n’est pas non plus porteur de bénédiction !