Mieux vaut dormir que faire des bêtises (10/02/19)

Description du cours:

Lorsque nous dormons, notre âme s’élève et s’alimente en énergies spirituelles. C’est la raison pour laquelle notre organisme éprouve un réel besoin en sommeil. Ces quelques heures de sommeil sont une batterie afin de pouvoir physiquement et émotionnellement tenir le temps d’une journée entière, car elles permettent de créer un lien avec les mondes supérieurs. Cet enseignement est à l’image des six jours de la semaine face au chabat. De même que le fait de garder à l’esprit le jour du Chabat nous permet de ‘tenir’ durant notre semaine, le sommeil nous alloue force et vitalité pour la journée suivante.
Plus vous êtes connectés à l’autre monde, moins votre besoin en sommeil se fait sentir. Les tsadikim n’ont besoin que de peu de sommeil, voire presque pas, car leur existence est entièrement orientée et connectée à l’infini. Rabeinou racontait que la plus grande hitbodedout était celle qu’il pratiquait lorsqu’il se trouvait dans un lieu public. Les énergies émises par chacun par sa présence lui permettait d’être propulsé et de communiquer avec des sphères supérieures. Rabeinou n’avait pas besoin de sommeil afin de s’élever, la simple présence de personnes suffisait.
Puisque notre besoin de sommeil est ainsi fonction de notre besoin de nous réalimenter en énergie spirituelle, la fatigue participe d’un manque d’énergies spirituelles. Pourquoi sommes-nous fatigués ? Parce que nous manquons d’énergies spirituelles. Et comment les écartons-nous ? En nous harcelant de questions.  »Comment vais-je payer ma facture ? Comment vais-je guérir ? Comment vais-je réussir à me marier ? » Si nous ne nous posions pas autant de questions, nous nous contenterions de deux heures de sommeil ! La Torah précise, au sujet de l’esclavage d’Égypte, que les Bnei Israël croulaient sous une Avoda Kasha, un travail difficile. Kasha est la racine du terme Koushia, signifiant question, problème. L’esclavage, c’est exactement cela : être esclave de ses questions perpétuelles et incessantes. Hachem écoute nos questions et rit, à l’image d’un parent qui rit aux questions naïves de son enfant.
Alors, que faire ?
Dormons, car nous en avons besoin. Mais renforçons notre emouna. Ainsi, chaque événement de notre journée sera automatiquement dévié et redirigé vers Hachem…

Fermer le menu