Mauvais œil = empêcher la vision positive de soi-même! (04/03/19)

Description du cours:

Je veux devenir un Che Guemara !

Imaginez la scène suivante : un orchestre est réuni au grand complet dans les prestigieux locaux d’un illustre opéra. Un silence assourdissant envahit la salle, chacun retient sa respiration : la symphonie est prête à être entonnée. Les premiers accords sont joués, les premières notes de musique virevoltent dans les airs mais étrangement, une véritable cacophonie résonne dans l’enceinte de tout l’opéra. Des milliers de musiciens, tous plus professionnels les uns que les autres, se sont trompette : ils jouent d’instruments qui ne sont pas les leurs…

La beauté est synonyme d’harmonie. Ne pas être à sa place, c’est faire une fausse note. Le monde serait bien plus merveilleux si les uns n’étaient pas affairés à fredonner des partitions qui ne sont pas les leurs.

Pourquoi ne sommes-nous pas à notre place ? À cause du mauvais œil, du mauvais regard qui nous est porté par autrui ou par soi-même et qui nous menotte à un passé, à une zone d’ombre.

Ils sont nombreux, à arguer en concert que ‘nous ne devrions pas’ ou que ‘nous n’y arriverons pas’. Ils sont nombreux à nous instrumentaliser, à envoyer balader nos rêves à coup de réalité-pipo. Qui osera vous dire que vous renfermez quelque chose d’infiniment puissant, messianique, inédit et absolument extraordinaire ? C’est tout juste si le monde vous fait croire qu’il n’a pas besoin de vous.

Face à ces tristes refrains, Rabbi Na’hman a enseigné : רק אזמרה. Rak Azamera. Ne focalisez votre attention que sur vos côtés positifs. Envoyez valser vos fautes, les plus grandes soient elles. Dites  »gamme over » à tous ces moralisateurs et briseurs de rêves. Pour quelle raison ? Pour mettre un bémol à ce mauvais œil dans lequel nous nous sommes retranchés. Pour que nous parvenions à sortir la tête de l’eau et à avoir foi en notre potentiel.

Au rythme de la mise en lumière de nos côtés positifs, nous franchissons le  »mur du non » et parvenons à nous hisser à des sommets spirituels. Une fois la pépite d’or extraite, qui peut nous arrêter ? Qui peut arrêter l’hymne de l’âme ?

Azamera ! Azamera !

Fermer le menu
×
×

Panier

La lumière de Rabbi Chimon Bar Yohai vue par Rabbi Nahman!

Nous prions pour vous à Méron