Les Contes de Rabbi Nahman: “L’infirme” cours n°28 (11/11/20)

Description du cours:

Il avait payé le prix fort pour l’acquérir en vendant les tefilines du Baal Chem Tov, mais cela lui avait importé peu. L’idée de pouvoir réaliser la Mitsva des quatre espèces grâce à cette pièce rare le faisait jubiler. C’est ainsi qu’il avait l’habitude de contempler son etrog avec fierté et admiration, s’imaginant déjà en faire usage lors de la fête de Souccot. Hélas, aujourd’hui, les courbes harmonieuses du etrog avaient été tronquées par les marques des dents de son épouse qui, courroucée par la vente des tefilines, avait avidement mordu le fruit. Cependant, et contre toute attente, ni la tristesse ni la colère ne s’étaient emparées du ‘hassid qui se mit à danser sous la mine interloquée de son épouse. “J’ai déjà perdu les tefilines et le etrog, pourquoi ajouter la tristesse ? ”

Cesse de te focaliser sur le passé. Ce dernier est mort. Regarde de l’avant. Tu te sens néanmoins responsable de tes erreurs d’antan ? Sache que la meilleure façon de parer cela est d’endosser cette même responsabilité sur le présent, c’est-à-dire de prendre sur toi d’améliorer tes futurs comportements. En effet, qui se lamente sur son passé ne peut exploiter le présent. Or, le passé n’est pas modifiable. Résultat : tout est perdu ! Et le passé et le présent !
Rabbenou est clair : quand bien même nous serions les auteurs de nos malheurs et que nous ne pouvions nous en prendre qu’à soi-même, mieux vaut accepter de temporairement manger de l’herbe et aller de l’avant plutôt que de…ruminer !

Optimisez votre présent : oubliez votre passé !

Le futur foisonne de beaux… présents !

#breslev #torah# #judaisme#