Les Contes de Rabbi Nahman: “L’infirme” cours n°14 (22/10/20)

Description du cours:

” Ils me feront un sanctuaire et je résiderai parmi eux ” (Chemot 25,8).
Alors que les Bnei Israël erraient dans le désert, Hachem leur enjoignit d’ériger le Michkan, sorte de résidence portative pour la providence d’Hachem.
Mais… Hachem aurait-il besoin d’une résidence ? Sa gloire n’emplit-elle pas le monde entier (מלא כל הארץ כבודו) ? Pourquoi donc construire un Michkan ?
La réponse est dans le verset ! Le but de la Mitsva du Michkan consiste à ” faire descendre ” la providence divine parmi nous, c’est-à-dire que la Mitsva nous a été donnée afin de pouvoir ressentir la présence d’Hakadosh Barou’h Hou dans notre existence. En bref, le maître du monde n’a nullement besoin d’une quelconque maison… mais nous, si !
Bon, mais en 2020, on fait comment ? Où est le Michkan de notre génération ?
Le Michkan ” version 2.0 ” est… dans l’exercice de notre métier !
En effet, de même que 39 travaux ont été nécessaires afin d’aboutir à la construction du Michkan, réaliser ces mêmes 39 ouvrages nous permet de ressentir la présence divine au quotidien. Et l’exercice d’une profession est un excellent moyen de mettre en œuvre ces 39 travaux ! Par conséquent, en apparence, travailler est un acte purement profane mais, en réalité, il s’agit d’un acte profondément spirituel ! Mais en quoi exercer un métier permet-il de se rapprocher d’Hachem ? Explication : travailler permet de mettre en application toute la Torah apprise par l’homme. En d’autres termes, la Torah est, en quelque sorte, la théorie, tandis que l’exercice du métier est l’application de cette théorie, sa transposition dans le concret !
Exemple : Hachem nous a interdit de voler ? L’exercice d’une profession avec honnêteté et droiture est une excellente façon d’appliquer cette loi !

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 22.10.20