Les Contes de Rabbi Nahman: “La Princesse disparue” cours n°14 (17/06/20)

Description du cours:

Pour aller directement au cours cliquez ici: 3:18
Dans le conte de la princesse disparue, le vice-roi, chargé de retrouver la princesse, a recours à l’aide du gouverneur des vents, afin de déterminer l’emplacement du lieu où elle se trouve. C’est ainsi que ce dernier fait appel à tous les vents dont le ” petit dernier de la troupe ”, qui indique l’avoir entrevue dans un château construit en pierres précieuses. Intrigué, le gouverneur l’interroge : ” Qui y a-t-il là-bas ? ” Et le petit vent de répondre : ” Là-bas, tout est précieux !” Il décide donc de lui donner les moyens d’y arriver!

Cet épisode fait allusion à la grandeur du Tsadik. Tout ce qui est attaché au Tsadik a une dimension particulière et transcendante. Lorsqu’on est attaché au Tsadik, tout prend une dimension singulière et particulièrement élevée. On n’est plus dans du standard, mais dans du VIP !

Le récit suivant est une excellente illustration de ce propos. Un Breslever n’avait pas d’enfants depuis de nombreuses années. Un beau jour, son beau-frère partit s’enquérir de la bénédiction d’un grand Rav. Le Breslever répondit : ” Je te remercie mais, si j’ai un enfant, je souhaite que cela vienne de mon Rebbe”. Le Rav répliqua immédiatement : ”Voilà un parfait exemple de foi authentique dans les sages !”.
Étonnant refus, n’est-ce pas ? Après tout, il s’agissait d’un grand Rav !
En réalité, cet homme ne désirait pas une simple solution à son problème. Il était mu d’un profond désir : obtenir une solution qui soit couronnée d’une réussite particulière. Un enfant obtenu par le mérite du Tsadik, c’est un enfant particulier, spécialement connecté à Hachem, car tout ce qui est lié au Tsadik a une valeur ajoutée, une dimension spirituelle démesurée, surdimensionnée.

Afin d’expliquer cette notion, prenons un exemple concret. Quel tableau a le plus de valeur ? Un tableau peint par Picasso et signé de sa propre plume ou une réplique exacte trait pour trait, réalisée sans la signature ? Il est évident qu’il s’agit de la première œuvre, même si le deuxième tableau serait encore plus réussi techniquement ! Pourquoi ? Parce que le premier comprend un lien avec l’artiste, on y retrouve sa dimension, sa trace, son âme !

Il en va de même s’agissant du Tsadik !

ABONNEZ-VOUS à notre chaîne YouTube, c’est GRATUIT et ça aide la diffusion de lumière dans le monde https://bit.ly/3gPa6jX

Pour tous nos services visitez notre SITE https://breslev.fr/

Retrouvez nous tous les jours en LIVE de 14h00 à 15h00 (France) et de 2h00à 3h00 la nuit (France) Sur FACEBOOK https://www.facebook.com/breslev.fr/?ref=bookmarks
Sur YOUTUBE chaîne http://www.youtube.com/c/breslevifrah.