Les Contes de Rabbi Nahman: “La Princesse disparue” cours n°1 (31/05/20)

Description du cours:

Pour aller directement au début du cours cliquez ici 6:30
Le conte de la princesse disparue fait le récit des aventures d’un homme à la recherche d’une princesse qui s’est égarée. Curieusement, le conte s’ouvre sur le fait que l’homme finit par retrouver la princesse pour ensuite narrer la façon dont celui-ci y est parvenu. Or, tout récit qui se respecte n’a pas l’habitude de dévoiler la fin dès le début de l’histoire… Sinon, où est le suspens !

Par là, Rabbi Na’hman souhaite nous révéler un enseignement capital : puisque la princesse fait allusion à l’épanouissement de l’âme, c’est précisément le chemin vers les retrouvailles avec celle-ci qui est important, c’est-à-dire les étapes et la recherche qui mènent l’individu à se trouver. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Rabenou commence sa narration par ” en chemin ”, pour signifier que le processus de quête et d’évolution de l’homme a une importance primordiale.

Revenons au conte. Au terme d’une longue et vaine recherche dans le désert, Rabenou précise que l’homme se décide à emprunter un petit chemin dans l’espoir de la retrouver.

Par ce détail, Rabenou nous enseigne qu’il suffit d’un petit chemin, et non d’une immense route, afin de se retrouver.
Cela signifie qu’il n’y a pas besoin de changements drastiques et spectaculaires afin de découvrir son âme.
Au début de notre quête, nous avons justement tendance à penser que la Téchouva est synonyme d’attitude particulière et parfois extravagante. Parfois, nous avons tendance à nous isoler et à nous aventurer dans des contrées lointaines et spéciales, afin d’y rencontrer des personnes originales et singulières.
Rabbi Na’hman nous enseigne que telle n’est pas la voie que l’homme doit emprunter. Les grandes choses peuvent pénétrer des petites conditions.
Nous pouvons trouver Hachem dans notre travail, dans notre cuisine, dans notre cuisine bref, dans notre quotidien !
Prétendre le contraire signifierait qu’Hachem se trouve dans les contrées lointaines et que seuls les marginaux ont accès à celui-ci, alors qu’il n’en est rien !
Extrait du cours du 31.5.20