Les Contes de Rabbi Nahman: La Princesse disparue cours 47 (06/08/20)

Description du cours:

Et pendant un jour, peux-tu te retenir ?

(version corrigée)

” A cause d’un jour, tu as perdu, parce que tu n’as pas su te retenir et que tu as mangé la pomme. ”
Tels sont les propos adressés au vice-roi par notre princesse , retenue par les griffes du Lo Tov.
Cette dernière aurait pu infliger au vice-roi toutes sortes de reproches : ” Je n’en peux plus ici ! N’étais-tu pas capable de te retenir ? Ma liberté ne dépend que de toi ! ” car, après tout, être prisonnière du Lo Tov, ce n’est pas une partie de plaisir !
Mais, au lieu de cela, la princesse ne formule aucun reproche. Elle souligne uniquement le fait que le vice-roi n’ait pas fait preuve de davantage de courage face à ce fameux jour durant lequel il aurait pu la libérer, s’il avait surmonté ses passions. Zéro reproche. Zéro réprimande.

Derrière ces paroles se cachent plusieurs enseignements capitaux.

D’une part, il s’agit d’en déduire une technique infaillible de lutte contre le mauvais penchant. La tentation frappe à la porte de ton cœur ? Embobine-la et fais-lui croire que tu répondras au rendez-vous le lendemain : “Oui, oui, promis, mais demain ! Vas-y, j’te rejoins !”
Tu verras que le lendemain, cette tentation aura perdu de sa vigueur et toi gagné en force. Pendant un jour, chacun peut se retenir !

Ce conseil s’applique également à l’émission de vœux dans notre service divin.
Ainsi agissait notre maître : plutôt que de prendre sur lui des nouvelles résolutions, des nouveaux nedarim, comme par exemple prier durant 6 heures par jour, et s’attirer les pièges et autres stratagèmes machiavéliques du Satan, Rabenou se fixait des objectifs qui ne duraient qu’un seul jour. Et le lendemain, celui-ci réitérait cette technique vis-à-vis d’un nouvel engagement.
L’objectif est double : à la fois éviter d’attirer le mauvais penchant mais aussi se renouveler en permanence et ainsi faire de sa Torah une Torah vivante, au-delà des gestes monotones de la vie quotidienne.
Par conséquent, cher lecteur, chère lectrice, à chacun de se demander : ” Que puis-je prendre sur moi pour aujourd’hui ? Que puis-je faire de bien aujourd’hui ? ”
Adieu le poids de l’engagement, bonjour au défi d’un jour donnant du relief à notre quotidien !

Cette technique est à envisager sous un angle supplémentaire. De même que lorsque nous savons que ce que nous prenons sur nous-mêmes ne dure un jour seulement, tout devient davantage supportable, ainsi, toutes les épreuves de la vie deviennent supportables lorsqu’on sait qu’elles ” ne durent qu’un jour ” c’est-à-dire que leur durée dans le temps est éphémère, limitée, cantonnée. Fixer des limites dans le temps permet ainsi de fixer une limite à notre esprit et à la souffrance…

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 6.8.20.

Les Contes de Rabbi Nahman: La Princesse disparue cours 47 (06/08/20)