Les Contes de Rabbi Nahman: La Princesse disparue cours 45 (04/08/20)

Description du cours:

Ne tombe pas dans les pommes ! 🍎🍏

Alors qu’il s’apprêtait à voyager vers Erets Israël, Rabbi Na’hman se fit accompagner d’un homme. Avant leur départ, ce dernier prit soin d’acheter de grandes pommes en guise de provisions. À la vue de Rabbenou, il en fit maintes éloges. Il est vrai que ces pommes étaient particulièrement grosses et leur taille sortait sensiblement de l’ordinaire. Que répondit Rabbi Na’hman ? ” Tu ne pourras pas voyager avec moi.” Dans un moment si solennel et élevé spirituellement, leur attention ne pouvait être focalisée sur des choses matérielles. Finalement, ce fut Rabbi Yit’shak, le frère de Rabbi ‘Haïkel, qui accompagna le Tsadik vers sa destination.

La réaction du Tsadik suscite notre surprise voire même notre consternation. Qu’y a-t-il de mal à acheter des pommes et à en dire des compliments ? Après tout, n’a pas le niveau spirituel de Rabbi Na’hman qui veut !

Rabbi Na’hman nous fait passer un message capital. Le fait que l’homme ait acheté des provisions ne posait aucun problème. Le hic ? Le fait de faire la louange de ces fruits.

Les choses matérielles ne doivent pas susciter notre admiration outre mesure. La matière doit se cantonner à son rôle fonctionnel.

Mais alors, répliquerez-vous, pourquoi faisons-nous la louange des fruits d’Israël ?

Justement parce qu’ils sont intrinsèquement liés à la terre ! En d’autres termes, ce n’est pas notre passion pour la datte ou les raisins en eux-mêmes qui suscitent notre bénédiction ! Mais le fait que la terre d’Israël ait été bénie de ce potentiel de donner vie à de splendides fruits ! Au travers cette bénédiction, nous louons Hachem pour ses bienfaits à notre égard ! ” Mon D’, tu as pensé à tout, même aux bons fruits ! ”

Par conséquent, la véritable erreur de cet accompagnateur réside dans le fait de glorifier les pommes en tant que telles, sans les rattacher à une quelconque dimension spirituelle. Une telle vision de la vie n’est pas compatible à un voyage vers la plus sainte des terres de l’univers !

Mais, en soi, la réussite matérielle est une source de bénédiction et de louange dès lors qu’elle est rattachée à une dimension spirituelle.
En effet, la Torah ne nous a jamais prescrit le détachement total et exagéré de la matière, bien au contraire !

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 4.8.20.

Les Contes de Rabbi Nahman: La Princesse disparue cours 45 (04/08/20)