Le passé aveugle le présent (12-08-19)

Description du cours:

Faut-il remercier Hachem pour les épreuves et les douleurs qui jalonnent notre existence ?

Lorsqu’une épreuve touche un individu, Hachem attend de celui-ci qu’il s’adonne à la prière afin d’hâter la délivrance : ” Hachem, j’ai mal, viens-moi en aide afin de m’en sortir et te servir dans la facilité ”.

En d’autres termes, deux tâches incombent à l’homme touché par une épreuve.

La première : être persuadé que tout est le fruit de la providence d’Hachem et accuser réception de l’épreuve sans contester qu’elle participe de la volonté d’Hachem. Conséquence : exit les paroles telles que ” c’est de la faute de ma mère, c’est de la faute de mon boss, c’est de la faute de mon conjoint ”.

La deuxième étape consiste à prier afin que l’épreuve cesse et que soit donnée l’opportunité de servir Hachem dans la joie, la quiétude et la tranquillité d’esprit.

Si l’homme devait remercier pour la souffrance, si tant est qu’il y parvienne sincèrement malgré la puissance de la douleur, quel dessein pour les prières ?

Ainsi, l’homme devra accuser réception de l’épreuve, l’attribuer à une volonté divine, se maintenir dans la joie afin de ne pas sombrer dans la tristesse, mais en aucun cas remercier à proprement parler de vivre dans l’épreuve.

Hachem se plaît à écouter les prières de l’homme, Hachem se plaît à être ” convaincu ” par les prières de l’homme et à les exaucer.

De plus, Hachem attend de l’homme que celui-ci ait confiance en l’existence de son infinie miséricorde et qu’il y fasse appel !