Le Combat entre la Forme et l’Esprit… Roch Hodesh 6 avec Rav Avraham Ifrah

Description du cours:

Lorsque le mishkane était érigé, la présence de D était visible.
Puis Hachem nous demandait de le démonter et Sa présence n’était plus visible, mais il n’en était certainement pas moins présent…
Avec ou sans le mishkane, la présence de Hachem était identique.
Avec ou sans le temple, la présence de D est la même : Parfois on a un mishkane ou un temple et on a la présence de Hachem en forme, visible.
Une nuée qui entre dans la tente d’assignation. Un sacrifice qui est agréé et qui monte en feu au ciel. Des miracles visibles qui témoignent de la présence de D sur terre. Le problème est le dérapage. On s’installe dans la forme, voire la formule. On croit avoir trouvé une formule qui marche. Un automatisme. On croit que D nous doit la parnassa car on donne le maasser. En faisant telle mitsva, j’obtiendrai tel résultat.
On enferme D dans un mécanisme. Un automatisme. On croit le maîtriser. Puis, on en oublie la recherche de D. On croit l’avoir atteint…On ne peut ni maitriser Hachem, ni le Tsadik.
Il n’y a pas de formule toute prête. Il faut être toujours en recherche de l’esprit du Tsadik pour se rapprocher de Hachem. Comme dit régulièrement notre bien aimé Rav Avraham : « il n’y a pas de carte de membre chez Breslev ».

On doit être en constante recherche et ne jamais croire qu’on a atteint ou compris le Tsadik parce qu’on va à Ouman. Un jour un élève de Rabbi Nathan lui dit : « vous avez de la chance, vous avez connu Rabbi Nahman ».
Rabbi Nathan lui répondit : « Rabbi Nahman faisait hibdodedoute dans une forêt de l’autre cote d’une rive. Un passeur du prénom de Yossélé Paronik avait rendez-vous avec lui tous les jours pour le transporter sur sa barque de l’autre côté de la rive moyennant finance.
Yossélé Paronik connaissait il Rabbi Nahman ?
Il connaissait sa barbe, ses vêtements, son visage, mais connaissait il l’esprit de Rabénou ? » En d’autre termes, Rabbi Nathan enseigna a son élève de ne pas s’attacher a la forme mais à l’esprit. Même un élève de Rabbi Nathan pouvait tombé dans le piège de la forme, dans ce traquenard. Nous avons été fortement influencé par Essav. Par le monde de l’action. Par la matérialité. Par la forme. Alors on dérive progressivement, et lorsqu’on se trouve dans une période heureuse ou la présence de D est palpable, notre dérive pousse Hachem à détruire le temple et à se rendre invisible. Il se rend invisible car on pense avoir maîtriser comment Il fonctionne.
On croit avoir trouver la formule magique. Alors Hachem ne se retire pas, mais il se rend invisible pour nous remettre les idées en place.

COURS AUDIO
La version audio n’est pas disponible pour le moment