L’apparence trompe méfiez vous. (25/06/2019)

Description du cours:

David Hamele’h s’est illustré comme l’un des plus grands musiciens de l’histoire du peuple juif, si ce n’est le plus grand.
Un jour que ses mélodies l’enivrèrent, Hachem le mit en garde vis-à-vis de l’orgueil qu’il était susceptible d’éprouver. Comment ? Sans réprimande ni reproches. Hachem se contenta de faire écouter au roi David le son du chant de la grenouille… Animal quelque peu repoussant, son chant est pourtant une délicate louange au Créateur. Ah, si nous pouvions l’entendre et le comprendre…

Même la plus petite grenouille chante à Hachem. L’homme n’a pas le monopole de la mélodie…

Quand bien même l’homme constitue la création la plus élevée, quand bien même celui-ci se dépasse afin d’adresser les plus belles louanges, il ne lui sied pas de s’en glorifier…

Rabbi Nahman insistait beaucoup sur cette notion d’humilité, car nombreux furent les élèves qui, épris par leur amour pour Breslev, commencèrent à éprouver de l’orgueil. Le Tsadik avait l’habitude de leur rappeler qu’ils les avaient sauvés des abîmes les plus profondes et surtout, que cette rédemption avait pour but de diffuser le message de l’espoir à leur tour.