La vision erronée provoque des larmes. (12/06/18)

Description du cours:

La cause des larmes

Lorsqu’on exécute une Mitsva, il est absolument nécessaire de connecter cette volonté à Achem. Par exemple, dans le cas où l’on demanderait de la tsedaka, il est vital de demander à Achem que cela soit agréé par lui, que cela participe à la glorification de son Nom divin, que cela permette d’aider les bonnes personnes, que l’argent soit collecté honnêtement, etc. Il faut prendre le temps pour connecter l’acte à Achem.

Si cela est valable pour une Mitsva, cela l’est, a fortiori, valable pour des actes quotidiens et banaux. Sinon, il est enseigné que cela engendre des pleurs. Une vie non connectée, cela engendre des pleurs, et plus précisément ceux d’Essav.

Pourquoi ?

Essav n’avait accordé aucune valeur à l’action de Yaakov, ce ‘berger qui ne pensait qu’à étudier’. C’est à ce titre qu’il lui vendit son droit d’ainesse. Mais Essav pleura lorsqu’il se rendit compte qu’il avait perdu son droit d’ainesse. Pourquoi ? N’est-ce pas illogique ?

Essav pleura car il comprit son erreur : celle d’avoir couru après les plaisirs de ce monde, au détriment de la sainteté. Plus précisément, Essav pleura en voyant que Yaakov allait profiter de bénédictions spirituelles pour s’accomplir en tant qu’individu. Essav comprit que Yaakov n’était pas qu’un penseur occupé à prier, mais le père fondateur d’un peuple, le patriarche d’une nation entière.

Dans nos vies, il en va de même. L’amertume est de taille lorsque certains se rendent compte, après une vie bien chargée à courir après les affres de ce monde, que le plan spirituel a été négligé. Ces regrets touchent malheureusement beaucoup de personnes.

Vivez une vie connecté à Achem, vivez une vie pleine de sens.