La Torah Manage le temps (18-12-17)

Description du cours:

Les commentateurs de la Torah expliquent que d’après la Ala’ha, Yossef devait être mis à mort. Oui. Yossef était condamnable. Les frères de Yossef n’ont donc pas commis de faute, au sens strict de la Ala’ha. Mais la peine causée à leur père Yaakov, qui avait déjà perdu sa femme, celle pour qui il travailla des années auprès d’un homme d’une escroquerie sans pareille, y ont-ils songé ? Ont-ils pris en compte la douleur de leur papa ?
Il existe des vérités dont les arguments paraissent logiques, cohérents, probants. Mais qui ne sont pas viables. Parfois, la vérité n’est que théorique. ”En théorie, tout se passe bien”.
La Torah n’est pas une Torah théorique. La Torah s’adresse à des êtres humains, dotés d’émotions, de sentiments. La Torah doit être porteuse d’une vérité viable. Parfois, la nuance entre vérité théorique et application pratique est très mince, très difficile à appréhender. Il incombe aux grands sages de faire cette distinction.
C’est sans doute pour cela que la première phrase que Yossef adresse à ses frères après sa révélation est :
” Mon père vit-il encore ? “. Yossef savait pertinemment que Yaakov était encore en vie, il avait enquêté sur ses frères. Le message est clair : ” Et Papa, est-il encore en pleine possession de ses capacités affectives ? Pourquoi ne vous-êtes vous pas souciés de lui ? ”
Ajoutons à cela une touche finale lourde de sens : Yossef ne raconta jamais à son père qu’il fut vendu par ses frères pour finalement accéder au trône. Yossef ne le raconta pas non plus à Binyamine, son petit frère. Yossef comprit que certaines vérités sont destructrices, que la vengeance, ou ” la simple information ” ne l’emportait pas sur la peine que cela pouvait causer à son papa, et que ternir l’image de ses frères auprès de Binyamine était du Lashon ara.