La Thorah et sa mélodie (17/11/2019)

Description du cours:

La consommation du fruit de la connaissance a engendré l’avènement de la mort dans l’univers.

Lorsque l’homme croit avoir tout compris, tout se fige, tout stagne… et tout se meurt.

En cela qu’elle entrave la recherche et le questionnement perpétuel, la compréhension poussée à son paroxysme a, pour fatal corollaire, la mort.

Chaque matin, notre prière fait mention du renouvellement perpétuel de la création de Berechit. Pourtant, Hachem aurait-t-il besoin de réitérer un effort de façonnage de l’univers chaque jour ? Il est évident que la réponse est négative. En agissant ainsi, en créant le monde chaque jour, Hachem souhaite nous faire prendre conscience que l’univers se renouvelle, ainsi que ses énergies.

Le message est clair : puisque les énergies sont différentes de jour en jour, les désespoirs de la veille peuvent être balayés d’un revers de la main.

Tout peut changer, tout peut être réparé, tout est à faire.

C’est sans doute l’unique faille de la faculté de l’homme à mémoriser : celle de parfois stagner sur des connaissances de la veille, de l’avant-veille, ou même des réincarnations précédentes.

Mettons de côté les acquis qui entravent notre renouvellement. Conservons le panache de notre esprit, aiguisons-le au renouvellement !