La référence doit être absolue pour pouvoir comparer! (24/05/20)

Description du cours:

Rabbi Na’hman disait : העיקר להאמין בצדיק, c’est-à-dire que le principal, c’est d’avoir foi en dans le Tsadik et de suivre ses conseils : Ouman, Tikoun Haklali, ‘Hatsot, Hitbodedout, étude quotidienne de la Ala’ha.

Ainsi agirent les Bnei Israël, dont il est dit : ויאמינו בה’ ובמשה עבדו, ils crurent en Hachem et en Moché son serviteur.

Afin de pouvoir développer une foi envers Hachem, les Bnei Israël crurent en Moché son serviteur, qui était le vecteur de transmission de la sagesse divine.

Où habiter ? Avec qui se marier ? Quel profession exercer ? Quelles fréquentations entretenir ? Le Tsadik n’en a pas parlé.

Et pour cause ! En appliquant les conseils, tout se décante par soi-même ! Écoutez les témoignages de Breslevers, vous verrez…

Ainsi, notre travail consiste à développer notre foi dans le Tsadik et à en appliquer les conseils afin de pouvoir s’inclure dans Hachem.

À défaut, nous faisons appel à nos capacités de raisonnement, de logique qui sont, par essence, limitées par notre condition humaine.

De ce fait, plutôt que d’utiliser des facultés relatives, nous nous fions à des vecteurs absolus, ceux tracés par le Tsadik.

Cela paraît trop simple, trop facile, mais c’est pourtant la démarche à suivre.

Notre génération est tellement pétrie dans la complexité et le sophisme que nous peinons à raisonner avec simplicité.

Comme dit le dicton : faire simple, rien de plus compliqué !