La méthode de révélation du pouvoir messianique (30/01/20)

Description du cours:

L’interné d’un asile psychiatrique prend sa brosse à dent pour un chien. Celui-ci attache une ficelle à son bout et, tranquillement, se met à la promener dans tout l’hôpital avec la ferme conviction de se balader avec son animal de compagnie. Soudain, un médecin l’interpelle : “Monsieur, que faites-vous avec cette brosse à dent suspendue à une ficelle ?”
L’homme répond : “Voyons docteur, je ne fais rien de mal, ce n’est que ma brosse à dents.”
Sceptique mais rassuré, le médecin s’éloigne. L’homme tourne la tête vers sa brosse à dents et s’exclame :” Tu as vu ça, Médor ? On l’a bien eu hein ? ”

Cette histoire fait sourire, mais elle recèle un puissant message. Chaque individu est le porteur d’un message divin unique, reflet de son âme. De ce fait, chacun détient une singularité dans l’exercice de son service divin. Or, il n’est pas rare que cette particularité se heurte aux regards critiques, voire accusateurs, du monde extérieur. Que faire ? Vivre brimé ? Vivre asphyxié ?
Rabbi Na’hman enseigne que nous ne devons ni sombrer dans la marginalité, ni étaler les confinements de notre intériorité. L’objectif ? Dévoiler nos trésors de l’âme de façon partielle. Rabbi Na’hman expliquait cela par une belle métaphore, celle d’un marchand de tissu qui n’expose pas l’intégralité de ses tissus, mais laisse dépasser un pan de chacun. Ainsi, si un client s’y intéresse, le marchand lui dévoile l’intégralité du tissu.
Ainsi, si notre entourage est réceptif, ce dernier demandera à en savoir davantage et nous pourrons présenter notre vision du monde.
À défaut, à nous d’affirmer que ” ce n’est rien, ce n’est qu’une brosse à dents ”…

Ne renoncez pas à votre originalité divine !