La joie protège de l’imagination négative (06/05/19)

Description du cours:

L’inquiétude est le fléau de notre génération.

” Comment vais-je payer le loyer/les dettes/ les futures dépenses ? Comment vais-je réussir dans l’éducation de mes enfants ? Parviendrai-je un jour à me marier ? Et les soucis de santé ? ”

Les soucis et les inquiétudes représentent des scénarios dénués de toute existence réelle, que nous écrivons sous l’effet de notre faculté à imaginer. En d’autres terme, notre faculté à imaginer nous conduit à écrire le scénario final des événements.

Seul petit hic : le cerveau ne fait pas de distinguo entre l’imagination et la réalité. C’est la raison pour laquelle nous nous prenons aux films que nous voyons ou ressentons des émotions fortes au simple souvenir de certains épisodes de notre vie.

Comment ne pas sombrer dans nos ‘délires’ imaginaires ?
Comment pallier cette situation ? Allo, docteur Na’hman ?

Rabbi Na’hman enseigne que deux instruments permettent de lutter contre les affres de l’imagination : la joie et la musique.

Comment être joyeux ?

Le simple fait d’entretenir la conscience que Rabbi Na’hman nous porte sur ses épaules, nous répare et nous conduit vers notre destinée, suffit pour être heureux.

Le monde tentera toujours de vous faire croire que votre existence est vouée à l’échec. Mais la conscience de l’existence des tsadikim véritables suffit à insuffler de la vitalité dans notre âme et notre corps afin d’échapper aux écueils de ce monde.

Grâce à l’attachement aux justes véritables, nous sommes propulsés vers Hachem et notre connexion à l’infini s’en trouve renforcée.