La joie libère l’esprit (10/10/19)

Description du cours:

Rabbi Na’hman écrit : “La réparation principale de l’imagination réside dans la joie.”

Quelle providence ! Nous approchons justement de la fête de Souccot appelée ”zman sim’hatenou”, ”le temps de notre joie”! Quel merveilleux clin d’œil de Rabbenou !

Toutefois, comment comprendre cet enseignement ?

Lorsque la tristesse frappe à notre porte, elle porte sur son dos les scénarios de catastrophe les plus affolants et décourageants. En d’autres termes, la tristesse nous fait fabuler. C’est pour cette raison que Rabbi Na’hman explique que la tristesse a pour fâcheux corollaire de nous engluer dans l’imaginaire.

Or, lorsque l’esprit est bâillonné par l’imagination, il est destitué de sa faculté à pouvoir traiter les données intellectuelles pour en faire de réelles prises de conscience. Sous l’effet de l’imaginaire, la connaissance ne pénètre pas le cœur. Par exemple, un fumeur sait pertinemment que le tabac est nocif pour sa santé, mais cette connaissance ne pénètre pas sa conscience et se cantonne au stade intellectuel. C’est le fameux ” je sais, mais je n’y arrive pas ”.

Or, la joie à précisément cette faculté de libérer l’esprit. De même que la tristesse menotte l’esprit, la joie le libère !

D’ailleurs, les neurologues expliquent que la sensation de joie est associée à la production d’hormones agissant sur le développement de l’activité cérébrale (ocytocine, sérotonine etc).

La joie libère l’esprit au sens spirituel et physique du terme !