La grandeur de la parole dépend de sa musique (30/04/19)

Description du cours:

La parole est un chant !

La prière telle qu’elle figure dans nos livres de prières a été instituée par nos sages, il s’agit ainsi d’une obligation derabanane. A contrario, le Rambam statue que la Hitbodedout, le dialogue et la prière avec Hachem dans notre langue natale, est une obligation émanant de la Torah. La pratique de la Hitbodedout constitue la véritable supplication à Hachem en ce sens où elle émane de la Torah mais également parce qu’elle revêt une dimension individuelle, contrairement à la prière collective, que nous récitons à titre de peuple et en minyane.
De fait, pour quelle raison les sages ont-ils institué les trois prières journalières et non la pratique de la Hitbodedout, si cette dernière résulte d’une obligation émanant de la Torah ? Nos sages ont institué les trois prières journalières de peur qu’elles ne tombent dans l’oubli, notamment du fait des exils du peuple juif. Quant à la pratique de la Hitbodedout, celle-ci est un socle si important du service divin que nous pouvons supputer que nos sages n’ont pas du trouver nécessaire de l’insérer dans les livres de prières.
Pour toutes les raisons évoquées si-dessus, il est fondamental de s’adonner à la pratique de la Hitbodedout. Il existe une raison supplémentaire pour laquelle celle-ci est capitale dans le service divin : puisqu’il s’agit d’une conversation dans notre langue maternelle, celle-ci a une rythmique particulière, au delà des accents, à l’image d’une chanson. D’ailleurs, chaque langue possède sa propre musicalité. C’est la raison pour laquelle on commence à maîtriser une langue lorsqu’on ” a l’oreille ” de celle-ci et pas forcément son vocabulaire. C’est pour cette raison qu’on peine à comprendre certains étrangers qui ne maîtrisent que la terminologie et non la musicalité de la langue. Lorsque nous faisons hitbodedout, les mots ont notre propre sonorité, notre propre rythme. Nous devenons des musiciens, à l’image de David et sa harpe. Notre hitbodedout est une prière conforme à notre intériorité. Nous avons ” accordé notre violon ”. De même que la création a été réalisée par les 7 sfirot, nous créons par notre musique, qui résulte des 7 notes de musique (do, ré, mi, fa, sol, la et si)…