La Torah de Rabbi Nahman se trouve au dessus de toute logique (10/03/19)

Description du cours:

Le monde est en quête de vérité.

Cette tendance se retrouve au travers des récentes manifestations, mais aussi au travers des débats, des hashtag sur les réseaux sociaux, etc. Même le culte de plaisir, sorte d’apanage de la culture occidentale, semble s’éroder au profit de méditations, de recherche spirituelle. Ainsi, le monde a soif de valeurs stables, véritables, éternelles.

Rabbi Na’hman nous enseigne que la quête de la vérité par les raisonnements intellectuels, fussent-ils ceux des plus grands penseurs de l’histoire, est vouée à l’échec. L’acquisition de la vérité par l’intellect, il n’y a rien de plus mensonger.
La vérité est divine et dépasse, par essence, tout raisonnement humain. Le fini ne peut embrasser l’infini divin.

Ce constat est d’autant plus vrai que de nos jours, nous nous trouvons dans la 50e porte d’impureté. De ce fait, nos esprits les plus affûtés sont perturbés.

Telle est la particularité de la Torah véhiculée par Rabbi Nahman : il s’agit d’une torah créant un lien entre l’infini divin et le fini humain.

Tel est le rôle du Tsadik Yesod Olam, du juste sur lequel est bâti le monde : celui de traduire une réalité infinie en une vérité perceptible par le fini humain.

Rabbi Na’hman œuvre jour et nuit afin de créer ce lien entre les individus peuplant la planète et D’ieu.

Pourquoi certains épisodes de notre existence sont-ils parfois pénibles ? Parce que nous peinons à percevoir la divinité dans nos vies. À partir du moment où nous percevons le lien avec Hachem, où nous prenons conscience que tout est dirigé et que tout est pour notre bien, qui se ferait du souci ?

Percevoir le lien avec Hachem dans chaque épisode de son existence, telle est la source de joie et de bonheur et tel est le but ultime de la création.

La première page du Talmud, ouvrage foisonnant de raisonnements humains et logiques, est numérotée du chiffre deux. La raison en est simple : la première page est celle de la foi. Le message est clair : sans la conscience d’Hachem, rien ne sert de raisonner.

Fermer le menu

Pourim

Pour accomplir les mitsvotes obligatoires de Pourim, Matanot Laévyonim et Zekher Léma’hatsit Hashekel