La conscience du bien élimine les désirs superficiels (19/11/2018)

Description du cours:

Plus le yetser ara déploie ses énergies afin de nous décourager, de nous déprécier, de nous alimenter de l’illusion que nous ne valons rien, plus nous sommes contraints de puiser au fond de nos ressources intérieures en quête d’étincelles de bien.

Au fur et à mesure que le mauvais penchant incite l’homme à cultiver une image négative de lui-même, l’homme cherche ardemment à prouver le contraire, comme poussé par un instinct de survie.

Tel est le but du mauvais penchant : trouver le bien enfoui en nous.

À partir du moment où l’homme inclut cette démarche dans l’infini en la connectant à Achem, le bien ‘éclot’ en un éclair.

Rapidement, nous retrouvons confiance en nous. Nous prenons conscience d’être capables de mener à bien nos projets.
Ne vous méprenez pas : ce n’est pas l’aboutissement des projets qui constitue la réussite. Mais la confiance, la prise de conscience de ses capacités.

Certains individus sont forts d’une belle réussite sociale mais sont en proie à un mal-être ou sont sans arrêt la cible de doutes. A contrario, d’autres vivent dans la simplicité mais arborent une véritable confiance en eux.

Rabbi Nahman le clame haut et fort : regardez le bien qui est en vous et chez l’autre. N’entrez pas dans la comptabilité : ne comptez pas les bonnes actions par rapport aux mauvaises.