La connaissance non-concrète alimente les démons (27/10/20)

Description du cours:

cliquez sur le lien pour le début du cours: 0:09:05
Arrête de te disputer !

Toute la grandeur de Machia’h Ben David réside dans sa capacité à faire le chalom entre les individus. Comment ? Grâce à la mélodie de son ancêtre, le fameux roi David. Et comment cette mélodie procède-t-elle au chalom ? En parvenant à unir les vérités de chacun.

En effet, les conflits proviennent de la multiplicité des vérités. Explication : chacun détient sa vérité et chacun y croit dur comme fer. Et c’est très bien ! Or, la vérité de l’un semble parfois contredire la vérité de l’autre. Moi je pense blanc, l’autre pense noir, et l’autre encore autre chose. Deux juifs, trois opinions, comme on le dit ! Conséquence : discorde !

Grâce à la mélodie de son ancêtre, Machia’h parvient à unir les contraires, assembler les antagonismes, fusionner le jour et la nuit.

Mes amis, gardez bien cela en tête : non seulement la vérité est plurielle mais elle peut aussi être vécue différemment. Certains voyagent en avions, d’autres en trains ou encore en bus, mais tout le monde va au même endroit. Tous les théorèmes sont bons du moment que le résultat est exact !
À nous de comprendre cela et de l’intégrer afin de parvenir au chalom.

Cette thématique articulée autour de la vérité fut au centre d’un débat entre Yehouda et Yossef. Le premier affirme que la vérité est unique et, de ce fait, s’impose à tous de façon uniforme. Le second, quant à lui, affirme qu’elle se propose, c’est-à-dire qu’elle est vécue de façon différente en fonction de chacun et qu’il est nécessaire de la faire accepter à chacun à travers son propre langage.

Chacun sa route, mais l’objectif est le même !

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 27.10.20.

Les Contes de Rabbi Nahman: "L'infirme" cours n°17 (27/10/20)