Par adhésion on peut arriver à tout (11/01/19)

Description du cours:

Le monde a perdu l’esprit.

Il suffit d’écouter les informations afin d’en avoir la certitude. Ce constat, quoique affolant sur le principe, ne doit pas être synonyme d’inquiétude malsaine.
Le monde parvient au terme de 2000 ans d’exil. Le rideau s’est donc levé sur les temps messianiques. Or, ces derniers s’accompagnent indubitablement de phénomènes marquant une césure entre un temps sous l’égide de l’exil et entre un temps placé sous le signe du messie. Et ces phénomènes sont étranges… Tantôt les dirigeants adoptent des mesures absolument drastiques là où le contraire aurait été souhaitable, tantôt le laxisme le plus total fait surface, laissant la population face au chaos général.
Tous ces épisodes viennent sonner le glas de logique. Nous ne comprenons plus rien, nous vivons dans une sorte d’hôpital psychiatrique gigantesque où la logique n’a plus sa place. Mais ce chaos apparent est annonciateur d’une bonne nouvelle : là où la logique s’efface, la rigueur se dissipe et la miséricorde est placée sur un piédestal. Face à un monde de fous, la rigueur est déchue de ses fonctions. Qui pourrait attribuer une quelconque responsabilité à un fou ?
Ne dites pas :  » Les gens devraient raisonner… « . De nos jours, les oreilles ont des murs… Activez le mode ‘pilotage emouna’ et ayez confiance qu’Hachem dirige le monde.
Lorsque les Bnei Israël durent sortir d’Égypte, Moché leur enjoignit de le suivre. Pour aller où ? Il l’ignorait. Pour y vivre comment ? Nul ne le savait. Pour y manger quoi ? Personne n’en avait la moindre idée. Mais les Bnei Israël eurent la emouna et c’est ce qui fit la différence…
Rester cantonnés de force dans le monde du raisonnement, c’est rester en Égypte. Quitter cette sphère pour le monde de la emouna, c’est être délivrés.

Fermer le menu

Pourim

Pour accomplir les mitsvotes obligatoires de Pourim, Matanot Laévyonim et Zekher Léma’hatsit Hashekel