L’ Hitbodedout est un pont entre ce monde et le monde futur! (29/10/2018)

Description du cours:

La Guemara Bra’hot rapporte que lorsque les tsadikim se rendaient à un mariage, ils se mettaient à danser en l’honneur des mariés. Au point culminant de la joie de la soirée, les tsadikim se mettaient à entonner ”Malheur à nous car nous allons mourir”. Que cela signifie-t-il ? Comment oser chanter de telles paroles alors que la joie bat son plein ? Pour quelle raison ? Rabbi Nathan explique que la joie est appelée ”dvekout bachem”, ”la proximité avec Achem”. Le contact avec Achem réjouit les cœurs. Rabbi Nathan ajoute que la crainte d’Achem est accessible uniquement si la joie est présente dans nos cœurs. La joie est le préalable nécessaire à la crainte.
Les tsadikim, au point culminant de la joie, parvenaient à ressentir la crainte d’Achem.
Certains individus vivent dans la peur permanente vis-à-vis d’Achem. Nous parlons ici de certains degrés de crainte qui sont malsains dans ce sens qu’ils nous détruisent le moral, nous ôte de la joie. Or la joie est nécessaire à la connexion ! Les tanayim eux-mêmes avaient besoin d’être dans un état de joie extrême afin de ressentir la mort. Alors nous, que devons-nous dire ?
La conscience de la mort sans la conscience de la joie, ne fera que vous pousser à la consommation. En gros, la peur vous mène à remplir votre chariot à carrefour !

COURS AUDIO
La version audio n’est pas disponible pour le moment