Joyeux mais sans alcool (23/04/20)

Description du cours:

Pharaon, les gadgets technologiques et l’esclavage version 2020

Du temps de Yossef, l’Égypte était la première puissance mondiale. Et pourtant, un simple petit rêve suffit pour affoler Pharaon ! Pourquoi donc ces 7 vaches maigres mangent-elles 7 vaches grasses et n’en demeurent pas moins rachitiques ?!
Il est évident que derrière ce rêve se cache une dimension bien plus profonde…

Tous les historiens vous le diront : l’histoire se répète ! Et bien, mes amis, nous sommes en plein dedans…

Les plus grandes puissances mondiales (les pays d’Europe, les États-Unis et certains pays d’Asie) se vantent d’avoir inventé des appareils à la pointe de la technologie, depuis les plus petits gadgets aux plus grandes armes, mais aussi d’avoir développé les réseaux de communication et de transports. Les téléphones d’autrefois, qui ne servaient qu’à appeler, sont verts de honte face à des téléphones à deux doigts de nous préparer un café le matin…

Face à tant de progrès, peut-on affirmer que l’Homme se sent-il davantage allégé ou soulagé ?
Hormis certains progrès qui sont extrêmement louables et qui participent de l’amélioration de notre qualité de vie (comme les progrès médicaux par exemple), l’homme n’a pas pour autant davantage de temps à sa disposition (ce qui était le but de beaucoup de ces progrès) n’est pas pour autant plus heureux ou plus épanoui.
Au contraire !
Là où nos grands-parents étaient parfois démunis de moyens mais avaient une joie de vivre capable de résister à toute épreuve et une force physique légendaire, nous assistons à une augmentation des cas de dépressions et même de suicides !

Que s’est-il passé ?

C’est bien simple : tout va trop vite. Les progrès sont bénéfiques en soi, mais ils nous dépassent totalement. Imaginez que l’on ” greffe ” un moteur d’avion à une trottinette pour enfant…
À cela, s’ajoute un autre constat : le confort matériel n’a jamais rendu heureux, en déplaise aux publicitaires qui prétendent nous vendre du rêve ! Ce qui rend heureux, c’est l’exploitation de notre potentiel. Regardez les visages des sportifs qui parviennent à se dépasser et à développer leurs forces !

Mais revenons-en à la rapidité des événements. Savez-vous ce qui se passe lorsque tout va trop vite ? L’esprit humain n’a pas le temps d’assimiler les éléments. C’est un peu comme si nous essayons de comprendre un film lorsque la pellicule tourne en accéléré. Notre société nous demande d’aller au delà de notre rythme, de nos capacités. Conséquence : l’âme et l’esprit ne se retrouvent plus. C’est le fameux burn out, éternel ami de la dépression.

C’est cela, mes amis, tout le rêve de Pharaon. La vache maigre mange la grosse et ne grossit pas : le système croit progresser, mais au lieu de cela, il se fait manger par la vache maigre, c’est-à-dire court à sa perte. Cette vache maigre ne grossit pas : rien ne reste de ces progrès, comme si le système s’était autodétruit.

On comprend mieux le conseil de Yossef Hatsadik, celui de stocker des provisions pour plus tard. ”Pharaon, stocke du blé durant les années de profusion pour les années plus difficiles, commence à comprendre que tu dois stocker, c’est-à-dire apprendre à enfin assimiler les éléments de la réalité et cesser de courir après la montre en voulant bâtir un futur qui n’a aucune base.”

Plus tard, Pharaon prend une décision, celle d’éliminer les bébés mâles. Le terme ”garçon” se dit זכר, qui se comprend également ” souvenir ”.

Pharaon voulait effacer la mémoire, c’est-à-dire cesser d’assimiler les éléments et courir plus vite que la musique, afin de rendre esclaves des myriades de populations, à l’image de la société actuelle qui n’a de cesse de nous empêcher de nous poser afin de nous concentrer sur notre travail, notre productivité, notre rentabilité…!

Et oui, l’histoire se répète, on vous l’a dit !