fbpx

Jeter les poubelles qui cachent le bien (31/12/19)

Description du cours:

Lorsqu’elle fait le récit de la guerre contre Amalek, la Torah nous rapporte que les Bnei Israël avaient une stratégie particulière d’en remporter la victoire : lorsque Moché levait ses mains, ceux-ci gagnaient la bataille, lorsque Moché les baissait, ceux-ci essuyaient un échec.

Qui y a-t-il dans ces fameuses mains ?

Comment appelle-t-on quelqu’un de manuel ? Un artiste. Et comment se dit ce terme en hébreu ? Omane ! D’autre part, le terme  » main  » renvoie au terme  » omane  ».

Main, omane…

…emouna !!!

Le  »remède miracle » de notre maître Moché contre Amalek : la emouna, la foi !

À l’image des Bnei Israël qui plaçaient leur foi dans les mains de Moché afin de vaincre Amalek, afin de vaincre ce doute permanent à l’égard de nos capacités et de notre avenir, nous alimentons notre foi à l’égard du tsadik, notamment en nous rendant…à Ouman.

Ouman, Oman, Main, Emouna…

Par ailleurs, notons que les mains traduisent le degré de connexion de la personne au divin.

Lorsqu’une personne est douée de ses mains, c’est là le signe que celle-ci est connectée à elle-même, à son âme, au divin qui y siège. En effet, le don qui s’exerce dans ses mains n’est pas le fruit d’une simple mécanique mais celui d’un souffle divin qui habite les mains de la personne.

Peu importe s’il s’agit de cuisine, de musique, de poterie, d’ébénisterie ou de dessin, l’artiste fait des choses extraordinaires avec des matériaux des plus simples !

COURS AUDIO
La version audio n’est pas disponible pour le moment
Fermer le menu
×
×

Panier

Pensons aux démunis pour Pessah!

Pensons aux pauvres d’Israël pour

Pessah