Il y a 3 rencontres dans la vie Torah 51-35

Description du cours:

“ואהבת את ה’ אלוקיך”

Que signifie le terme “את”? Il n’a aucune traduction, aucun équivalent grammatical dans les autres langues.
Le terme את est composé de la première lettre et de la dernière lettre de l’alphabet, c’est à dire qu’il est synonyme de complétude. En effet, les lettres symbolisent la connexion au divin. Par exemple, il est bien connu que les grands sages voyaient des lettres sur le front des personnes. De plus, même le mot “lettre” se dit אות = il est formé de la 1ere et dernière lettre de l’alphabet et de la lettre vav, qui est LA lettre de la connexion. Les lettres sont donc les signes de la connexion au divin.

Les plus belles façons de se connecter à Achem se font par des rencontres.

La première merveilleuse rencontre est celle de l’individu avec le tsadik. Le tsadik aide l’individu à trouver sa place, à s’y maintenir, à ne pas dévier du chemin. Sans maître, et sans tsadik, il n’y a pas de moyen de se connecter au divin.
La deuxième merveilleuse rencontre est celle avec son épouse. L’épouse est cet être unique capable de toujours effectuer des mises au point sur la conduite du mari. “Cette fréquentation t es néfaste”, “ce travail n’est pas adapté pour toi”, “ce vêtement ne te tombe pas bien”, etc… L’homme perçoit cela comme des ordres alors qu’il a cette chance immense de pouvoir travailler sur lui même afin d’être lui même ! La femme a cette lourde responsabilité de devoir aiguiller le mari sur son chemin vers lui même, car il n’est pas capable de le faire par lui même. C’est une tâche pénible qu’elle préférerait ne pas avoir à faire. Mais elle endosse cette responsabilité. Dans le Tikoun Aklali, il est écrit :
על זאת יתפלל כל חסיד
זאת = זה את = c’est את .
Le hassid doit prier pour avoir זאת. Or זאת, c’est זה את = c’est le את! La complétude. La femme, c’est le את, c’est elle qui permet la connexion de א jusqu’à ת.

La troisième merveilleuse rencontre est celle avec Israël. Israël est le pays du remodelage de la vie de l’homme pour qu’il participe au projet collectif divin. Nombreux sont ceux qui changent de vie après leur alya, car en Israël le système n’est pas celui de l’obscurité mais celui de la lumière, une mise à jour est donc nécessaire. Cette mise à jour et celle de la connexion avec Achem et non de la quantité (royaume d’Essav).

Ce sont ces 3 rencontres dans la vie de l’individu qui lui garantissent une connexion au divin, de A à Z, de א à ת.
(Likoutey Moharane 51 Leçon 35 20170727 1200.mp3)