Un travail non casher empêche la connexion avec D.ieu! (13/03/19)

Description du cours:

Notre cours quotidien s’associe au programme de cours de la magnifique campagne intitulée :  »la semaine du business cacher », initiée par monsieur Jeremy Berrebi. Elle vise à sensibiliser les consciences à l’égard de certaines pratiques souvent adoptées dans le monde du travail et pourtant prohibées par la loi juive (emplois interdits, pratiques prohibées car mensongères, etc…)

Rabbi Nahman enseignait qu’une nourriture parfaitement cacher d’un point de vue ala’hique devenait interdite à la consommation dès lors qu’elle était acquise par de l’argent non cacher.
Si tels étaient les propos de Rabeinou, il va de soi que le gain d’argent de façon illicite représente un réel danger aux yeux de la loi juive. Il ne fait aucun doute que de même que nous veillons à la cacherout des aliments, nous devons veiller à la  »cacherout de nos sous. »

Que signifie gagner son argent honnêtement ? Comment y parvenir ?

Une Parnassa honnête est une Parnassa connectée à son Créateur.

À ce titre, précisons que le choix d’un emploi doit se faire en fonction de la possibilité de nous rapprocher d’Hachem au travers de cet emploi.

Un argent connecté, c’est un argent qui aura le potentiel de révéler le bien que recèle le produit acheté. Lorsque nous achetons un produit, nous n’achetons pas le produit en tant que tel, mais les propriétés spirituelles de ce produit. Un argent propre permet à ces vertus d’illuminer notre âme.

Comment se connecter à Hachem ?

Rabbi Nahman enseignait que chaque juif devait se rendre à son lieu de travail pour pouvoir accomplir la Mitsva de la tsedaka. Le but ? Ne pas attirer l’attention du mauvais penchant. À partir du moment où je travaille pour donner, je suis déguisé, incognito. Je deviens donateur, et non exploitant. Et quelle idée pour le mauvais penchant de vouloir s’intéresser à un donateur ? Il est évident qu’il le laissera tranquille… Adieu les pensées mensongères, adieu l’argent sale…

Ainsi, hormis les travaux prohibés (travaux dont les pratiques sont mensongères etc), il n’y a pas de travail non cacher en soi. Ce qui rend le travail cacher ou non cacher, c’est le degré de connexion au divin qui y est investi.

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 13.3.19. Pour la refoua chelema de Rav Israël Its’hak ben fortunée.

Fermer le menu
×
×

Panier

La lumière de Rabbi Chimon Bar Yohai vue par Rabbi Nahman!

Nous prions pour vous à Méron