Du potentiel à sa réalisation (Thora 53, 21/01/19 )

Description du cours:

La folie des grandeurs !

La Torah évoque souvent la notion de ‘Daat’, que l’on pourrait traduire par conscience. À vrai dire, la définition du ‘Daat’ est l’équilibre entre la conscience spirituelle et la conscience matérielle d’un élément. Être doté de Daat, c’est avoir conscience de l’aspect spirituel et matériel d’un élément, donc vivre en harmonie parfaite le divin comme le matériel.
L’absence de Daat consiste ainsi au déséquilibre entre l’aspect matériel d’un élément et l’aspect spirituel de celui-ci. Être destitué de Daat revient alors à occulter l’aspect matériel d’un élément, en poussant ainsi son aspect spirituel au paroxysme, et inversement.
Concrètement, manquer de Daat c’est, à titre d’exemple, scander qu’il y a lieu d’étudier la Torah toute la journée à un individu qui n’est pas en mesure de l’entendre. Enseigner une valeur spirituelle à un individu qui n’a pas les récipients spirituels adéquats pour en accuser bonne réception, c’est manquer de Daat à son égard. Cela ne signifie pas que la valeur spirituelle n’est pas vraie en soi, cela signifie qu’elle l’est dans l’absolu, mais ne peut l’être en l’espèce. La vérité est relative, elle se propose et ne s’impose pas.
Être en pleine possession de Daat, c’est tenir compte de la réalité matérielle d’un individu mais aussi de ses ressources spirituelles. C’est détenir la ‘valeur numérique’ du ‘bon dosage’ pour cette personne entre la matérialité et la spiritualité, afin de la conseiller en toute harmonie.
Pour certains, étudier la Torah durant 10 heures par jour relève de l’épuisement et non d’intégration de la lumière divine. Pour d’autres, étudier 10 heures par jour revient à se sous-alimenter spirituellement.
Tout n’est qu’une question de dosage !

Fermer le menu
×
×

Panier