Descendre pour aimer (24-02-19)

Description du cours:

Nous avons besoin de tous !💪🏻

Les sages enseignent que la mémoire vive qu’un individu entretient à l’égard d’un événement ou d’une personne ne dure que 40 ans. Après 40 ans, l’esprit procède à une sorte de prescription émotionnelle, c’est-à-dire qu’il n’est plus disponible émotionnellement à l’égard de la personne ou de l’événement.

Prenons un exemple concret. Une chanson ayant été un véritable tube dans les années 50 trouverait difficilement écho à notre cœur. En revanche, cela sera sans doute le cas du dernier tube de l’été. Pourtant, quoique ancienne, la chanson, n’existe-t-elle plus ? La chanson existe, mais dans l’encrage émotionnel, elle est bel et bien morte.

C’est la raison pour laquelle Rabbi Nahman insistait sur le réel besoin d’union entre ses disciples.

En effet, lorsqu’il y a désunion, lorsque les disputes et les querelles éclatent au sein de la communauté Breslev, les ‘ambassadeurs de Rabbi Nahman’ ne partagent plus leur connexion au tsadik et peuvent même en venir à le rayer de leur conscience, hass vechalom.
Conséquence : la disponibilité émotionnelle à l’égard du tsadik s’érode. Le tsadik demeure bel et bien là, mais nos cœurs se ferment… Triste constat : difficile de faire pénétrer la sagesse de Rabbi Nahman dans les cœurs…
Les plus faibles en souffrent le plus, car du fait de leur souffrance, ce sont les premiers consommateurs de connexion émotionnelle au tsadik.

Pire encore, Rav Avraham ben Rav Nahman enseignait que les querelles au sein de la communauté Breslev constituait la cause du retard de la venue du Machia’h !

Ainsi, nous avons besoin du travail de connexion de chacun : juif, non-juif, religieux, non religieux, cela n’a aucune importance. Chaque conscience du tsadik est la bienvenue !

Restons unis, nous avons besoin de tous !

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 24.2.19

Fermer le menu
×
×

Panier

La lumière de Rabbi Chimon Bar Yohai vue par Rabbi Nahman!

Nous prions pour vous à Méron