Décrocher le Jackpot en se rapprochant de Rabbi Nahman! (10/07/19)

Description du cours:

Il existe une Hala’ha suivant laquelle dès lors que nous n’avons aucune nouvelle d’un ami durant 30 jours, nous devons réciter la Bra’ha de Chee’heyanou.

Rabbi Na’hman écrivit de nombreuses explications à ce sujet, qu’il juxtaposa à ses explications sur la notion de mauvais œil.

Quel rapport existe-t-il entre ces deux notions apparemment sans lien véritable ?

Lors de notre existence, nous sommes confrontés à un manque d’encouragement de notre entourage, de nos professeurs, parfois de notre propre famille. Souvent, ce sont même des paroles blessantes qui nous sont adressées.

De ce fait, nous entretenons un mauvais regard sur nous-mêmes et nous nous déprécions.

En ce sens, l’amitié constitue un pansement pour l’âme.

Le fait qu’une personne soit votre ami signifie qu’elle vous apprécie, peu importe vos zones d’ombre. D’ailleurs, les vrais amis se plaisent à tourner nos défauts en dérision, sans que cela ne nous vexe, car nous savons qu’ils nous apprécient profondément.

Certains diront que la famille nous aime malgré nos zones d’ombre.

Mais les amis ont ce fantastique pouvoir de nous faire prendre conscience que nous avons suffisamment de qualités afin d’être appréciés par choix.
En effet, contrairement à notre famille, nos amis nous aiment par choix.

En ce sens, revoir un bon ami après un mois d’absence, sans avoir eu de ses nouvelles, c’est retrouver ce bon regard sur nous et revivre à nouveau.

Cela mérite bien une Bra’ha de Chee’heyanou, non ?(Chee’heyanou = qui nous a maintenu en vie)