De l’obscurité du monde viendra la vérité! (23/12/2018)

Description du cours:

Il est raconté au sujet du Baal Chem Tov que celui-ci apprit un jour qu’il avait perdu son monde futur. Que fit le tsadik ? Il se réjouit et organisa une grande seouda. Pourtant, n’est-ce pas une tragique nouvelle ? Chacun sait que nous nous battons corps et âme afin de gagner notre part du monde futur en pratiquant les mitsvot dans le monde ici bas. Pourquoi le tsadik ne s’est-il pas attristé d’avoir perdu son monde futur et pourquoi même s’en est-il réjoui ?
Le Baal Chem Tov fut épris d’une joie intense car le fait d’avoir conscience d’avoir perdu son monde futur lui assura de réaliser les mitsvot de façon désintéressée, uniquement par amour pour Hachem. Travailler sans salaire, c’est le signe qu’on aime particulièrement son travail, n’est-ce pas ?
Il va de soi qu’in fine, le Baal Chem Tov eut bel et bien part au monde futur.
Dans notre existence, il en va de même. Nous validons notre attachement à Hachem dans les moments d’obscurité. Alors oui, on aimerait ‘que ça marche pour nous’. On aimerait que les moments d’obscurité soient isolés, épisodiques, voire inexistants. Pourtant, ces moments sont d’une importance capitale. Ils sont le gage que nous vouons un amour désintéressé à Hachem. Nous aimons Hachem, point final.
L’amour des moments d’obscurité valide le dévouement investi dans les moments de lumière.
Et dans les moments d’obscurité, notre seule tâche consiste à maintenir une confiance aveugle en Hachem. C’est le cas de l’affirmer, car bien souvent, les moments d’obscurité sont si longs et pénibles que nous n’avons que rarement conscience des splendides desseins qui nous attendent. Nos yeux sont alors obstrués par nos soucis et notre confiance en nous ne fait que dégringoler.
Mais bien souvent, les personnes traversant énormément de difficultés durant leur existence terrestre sont destinées à une merveilleuse vie dans le monde futur.

Fermer le menu

Pourim

Pour accomplir les mitsvotes obligatoires de Pourim, Matanot Laévyonim et Zekher Léma’hatsit Hashekel