Confinement l’attente qui purifie (17/04/20)

Description du cours:

Cette période est marquée par le compte du Omer, séparant la fête de Pessa’h de celle de Chavouot. Cette période, associée à une préparation afin de recevoir la Torah, nous donne la possibilité d’effectuer un travail sur soi. Un travail des Midot, mais aussi un travail d’attente et de languissement envers la Torah, et surtout de recherche d’une nouvelle approche de l’infini.
Étonnamment, ces derniers jours sont marqués par notre confinement, lui aussi ancré dans une ”dynamique d’attente”, qui implique nécessairement une remise en question. Plus question de travailler, plus question de sortir kifer, plus question d’être occupé : nous avons le temps de nous remettre en question !
Aujourd’hui, plus que jamais, nous nous préparons et nous nous affinons afin de recevoir notre plus beau cadeau : la Torah, mais également la venue du Machia’h !
En effet, c’est précisément durant cet isolement qu’on s’affute avant d’accueillir le Machia’h comme il se doit, car de là-haut, on nous fait prévaloir l’essentiel de l’existence. Adieu la société de consommation, adieu les préoccupations qui nous empêchaient de passer des moments avec soi-même ! Il ne reste que les valeurs fondamentales, c’est-à-dire l’essentiel. Alors certes, ”la desintox”, cela fait mal, mais au bout du compte, la liberté est à notre portée…!
Et lorsqu’on goûte à la liberté, plus possible de vouloir se comporter en esclave. Plus rien ne sera pareil. Il y aura un avant coronavirus, et un après coronavirus. Le monde se souviendra de cette ère durant laquelle nous avons compris que consommer à outrance n’avait aucun intérêt et que les moments passés auprès des nôtres étaient bien plus précieux !