Comment transformer un cœur de pierre en cœur de chair (02/11/20)

Description du cours:

Trois mois après le décès de son maître, Rabbi Nathan partit à la recherche des élèves de Rabenou afin de les encourager à perdurer le Kibouts de Roch Hachana à Ouman.
Ce voyage représentait une immense messirout nefesh pour celui-ci car au mois de Chevat, le temps était loin d’être clément puisque un épais manteau de neige recouvrait toute l’Ukraine.
Par conséquent, les Tsadikim laissent des instructions à leurs élèves afin de pouvoir être guidés.
Dans le conte  » l’infirme  », le personnage du tsadik indique à ses enfants d’arroser des arbres. Étonnant comme testament, non ? Et si cela revêt une telle importance, pourquoi ne pas avoir dit cela de son vivant ? Pourquoi l’avoir évoqué à titre posthume ?
Car de son vivant, le tsadik s’occupait d’arroser les arbres ! Son décès approchant, il s’agissait de s’assurer que les arbres soient arrosés !
Mais que signifie donc  » arroser un arbre  »? Rabbi Na’hman n’était pas absorbé par la botanique ou le jardinage !
Voici un précieux conseil en terme d’éducation et d’enseignement : nous voulons transmettre des valeurs à nos enfants ou nos élèves ? La meilleure façon d’y parvenir est d’incarner ces dernières, c’est-à-dire être un exemple. Pas besoin de rabâcher. Juste être.

Et dans le cas où nous ne parvenons pas à être un exemple de notre idéal et manquons alors de  » crédibilité  », que faire ? Par exemple, comment inculquer l’importance du respect du Chabat lorsque nous ne sommes pas encore au niveau de réussir à la respecter ? La solution est simple : étudier avec l’enfant la dimension de la Mitsva, en l’occurrence, la dimension du chabat. Il s’agit de montrer à l’enfant que le parent lui-même est soumis à l’étude de la Mitsva. La soumission du parent va rendre le parent  » crédible  » pour transmettre et induire la soumission de l’enfant à la Mitsva.

Extrait du cours du rav Avraham Ifrah du 2.11.20.